À poils et à plumes

L’exposition À poils et à plumes au Musée de Flandre offre un singulier dialogue animalier entre artistes, au fil du temps. La scénographie étonnante rend chaque animal incroyablement vivant. Dès la porte d’entrée franchie, on se trouve dans l’œil de mire d’une chouette qui aurait pu être la reine du bal des chats et des oiseaux dans Peau d’Âne ! 

Laisser libre cours à l’émotion. Le parti a été pris de laisser l’émotion s’exprimer, sans légende ni cartel, et chaque visiteur peut déambuler, sans chercher toujours à comprendre la complexité du projet artistique.

« On l’oublie souvent mais le musée est aussi un lieu d’inspiration ; c’est d’ailleurs le premier sens étymologique. Pour moi, il doit être une bulle d’oxygène, un lieu où l’on prend le temps de regarder, de s’émouvoir, de penser. Cette exposition est donc une réelle opportunité pour inciter le visiteur non pas à consommer de l’art mais à le savourer. »
Sandrine Vézilier-Dussart, commissaire de l’exposition, conservatrice en chef du Musée

©Musée de Flandre - Chida 2014 Linda et Guy Pieters

L’imagination débordante des artistes flamands. Les Sanguis sum qui accueillent le visiteur sont géniaux, tout comme le cercueil conçu par le même artiste, en élytres de scarabées, mieux qu’un rêve de Touthankamon et digne d’un Fellini Roma bruxellois! Je dois dire que j’ai trouvé ces agneaux aux chapeaux pointus de Jan Fabre si joyeusement déjantés, un brin éméchés, que je ferai abstraction du projet artistique qui a couché l’un d’entre eux au sol, pour on permanente du Musée de Flandre répondent en écho à celles des artistes belges contemporains, avec des pièces cocasses, comme les deux versions de la Cuisine (en 1563), la maigre et la grasse,  face au Marché aux poissons (vers 1640), d’une véracité saisissante, avec ses deux chats qui font griffes et pattes basses sur un festin improvisé.

©Jacques Quecq d'Henripret - Mechelse Bresse (2002)Les sens aux aguets. Photographies d’animaux, choisis par Marie-Jo Fontaine pour souligner devant les buildings de Francfort, drôles de chimères d’un lynx du désert aux ailes de marbre et sculptures étonnantes se côtoient dans un monde fantastique que Jérôme Bosch n’aurait pas renié. Dans certaines salles, il est même difficile de départager le vrai du faux, tant l’art de la pâte de verre, par exemple, se fond parfaitement avec la beauté naturelle d’une crête de poule ou de pintade, taxidermisée par des mains d’orfèvres. Le Mechelse Bresse, un O.G.M issu du croisement d’un poulet flamand (Mechelse Koekoek) avec une poule de Bresse, ravit particulièrement petits et grands.

On sort d’À poils et à plumes l’œil et l’âme en éveil, des images plein la tête, heureux néanmoins de retrouver chez soi une œuvre d’art bien vivante, ronronnante à souhait et qui doit penser tout bas, en nous voyant caresser sa tête, un brin songeur : « Ils sont fous, ces humains ! »

Anne-Claire Gagnon
Mid&Flandres

Musée de Flandre, 26 Grand’ Place, 59670 Cassel. Exposition jusqu’au 9 juillet 2017. Ouvert du mardi au vendredi de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00, le samedi et le dimanche de 10h00 à 18h00.

Chaque week-end, des animations permettent, en français et en allemand, d’avoir des regards croisés, ludiques ou érudits, sur « l’animal dans tous les sens ».  L’exposition est éphémère, pas de catalogue, ni d’autorisation de prendre des photos en raison en des droits sur des oeuvres résolument contemporaines.