Arrêter de fumer sans grossir c’est possible !

0

L’arrêt du tabac est une question sensible pour plus d’une d’entre nous et pour cause… nombreuses sont celles qui ont connu des échecs ou n’osent pas arrêter par peur de grossir. Le sevrage tabagique est une problématique sur laquelle la naturopathe que je suis, accompagnant de façon naturelle les personnes en désir de changement, travaille souvent. Mode d’emploi pour arrêter de fumer sans prendre de poids.

Pourquoi je grossis ? Sur le plan physique, il y a une raison très simple. Nous avons tous une flore intestinale dans notre ventre constituée de milliards de bactéries. Ces dernières participent à notre équilibre digestif, immunitaire, et psychologique. Car les intestins sont aujourd’hui reconnus comme notre deuxième cerveau, grâce à de nombreux travaux de recherche et des années de clinique sur le terrain. Qu’on soit fumeur ou non, cette flore vit selon un certain équilibre qui est propre à chacun de nous. Lorsqu’on arrête de fumer, il se produit temporairement une bascule de celle-ci, donnant la priorité à certaines familles bactériennes qui favorisent le stockage des nutriments plutôt que leur métabolisation. C’est cette bascule qui conduit en priorité la personne à prendre en moyenne entre 2 et 5 kilos. Le phénomène se normalise de lui-même au bout de quelques mois et les kilos accumulés disparaissent tous seuls.

Pour empêcher ça, les protocoles que je mets en place comprennent toujours la prise de probiotiques pendant les 3 premiers mois afin de limiter le phénomène de bascule de la flore intestinale. Il faut favoriser ici les souches type Bifides et Gasseri car ce sont elles qui maintiennent un état de satiété et de métabolisme efficace. Certaines plantes viennent en complément pour maintenir le moral au beau fixe et votre détermination solide.

La rhodiole par exemple, grande plante adaptogène qui était utilisée par les Vikings pour leur donner force et courage. Le griffonia et la cannelle viennent apaiser l’irritabilité et les compulsions sucrées, en association avec du chrome en oligo-élément. J’utilise toujours l’auriculothérapie pendant les trois premières semaines (les plus difficiles) pour calmer l’émotionnel qui peut se trouver un peu chahuté pendant cette période.

Pourquoi je fume ? De la réponse à cette question dépend votre succès si vous souhaitez arrêter de fumer. C’est en ©Pixabay-Arrêter de fumer-Midetplustravaillant sur la cause d’un problème qu’on le règle définitivement. Alors quid de votre raison ? Rappelez-vous votre état d’esprit quand vous avez commencé, avant que cela ne devienne une habitude. Souvenez-vous de votre première cigarette et répondez à la question « Pourquoi ai-je commencé à fumer ? » Regardez en vous si cette raison est toujours valide.

La vision de la médecine chinoise. Le tabac amène du chaud, du Yang , pour compenser l’excès d’humidité Yin du poumon, c’est à dire le trop-plein émotionnel. La fumée assèche le poumon et vient ainsi remplir un espace où doivent normalement circuler les émotions pour être ensuite digérées dans le gros intestin, puis finalement évacuées.Si le travail sur l’acceptation de ses émotions n’est pas fait en amont, il y a fort à parier qu’un mécanisme de compensation se mettra en place, au mieux dans le sport, au pire dans le chocolat…

Un travail avec un thérapeute peut aider à y voir plus clair. Il est essentiel de pouvoir démêler les fils du comportement pour s’assurer de réussir son sevrage tabagique. Enfin, associer une pratique respiratoire à votre démarche comme la technique de la respiration alternée ne pourra que renforcer votre détermination à vous libérer…et à retrouver votre souffle.

©Claire Price - Marine Le Gouvello - Mid&PlusMarine Le Gouvello
Naturopathe, diplômée du CENATHO
110 rue de Longchamp, 75016 Paris, Tél. 06-61-85-88-22

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.