Auriculothérapie, à l’oreille de votre corps

0

L’oreille est un des outils des cinq sens qui permet d’entendre et être connecté au monde. C’est aussi une source d’informations sur le corps humain, particulièrement son pavillon qui informe sur l’état de nos organes et permet d’agir en cas de mal-être. C’est le rôle de l’auriculothérapie qui soigne par corrélation.

Les points auriculaires. Le pavillon de l’oreille est relié au système nerveux de l’individu et si le thérapeute appuie sur un des points, il agit sur la programmation de son organisme, tel l’internaute qui appuie sur son clavier pour accéder à une information. Souffrir du mal des transports pour le quidam, du mal de l’espace pour les astronautes, avec des pressions, des aiguilles ou des billes d’acier utilisées par les acupuncteurs, on sait aujourd’hui qu’on peut calmer des douleurs et guérir des organes en mauvaise santé. Et la zone du pavillon qui correspond à l’organe malade rend compte du dysfonctionnement, car elle est douloureuse au toucher, parfois même avant que les signes cliniques de la maladie n’apparaissent. Très pratiquée en Chine, c’est à un journaliste américain en voyage à Pékin que l’on doit son « exportation » aux USA où l’auriculothérapie¹ est aujourd’hui très en vogue.

De l’art à la science. Baptisée microsystème, l’OMS a répertorié 150 maladies pour lesquelles un traitement par auriculothérapie est approprié : de la maladie de Menière aux allergies chroniques, les migraines ou les paralysies faciales, les sciatiques et autres douleurs lombaires. Ainsi naquit au fil du temps, une carte du corps sur le pavillon de l’oreille et pour la représenter, un professeur lyonnais, le docteur Nogier a proposé en 1957 une représentation simple de la cartographie auriculaire sous la forme d’un « fœtus inversé », la tête en bas et les pieds en haut, où se placent les 108 points qu’il est nécessaire de connaître pour soigner efficacement. Confirmation, si cela était nécessaire, que chaque élément de notre corps est dépendant des autres et que les problèmes qui affectent les uns, entraîneront des troubles chez les autres.  Ceci grâce au cerveau qui, tel un centre de commandement, reçoit des informations et les transmet aux organes concernés.

L’image et l’imagerie. À côté de la pulsologie chinoise qui prend le pouls à 3 endroits différents du poignet pour savoir ce dont souffre un patient, l’auriculothérapie, elle, mesure la résistance électrique sur un point auriculaire qui se traduit par une image de couleur que décodera le thérapeute. Idéal pour soigner des malades quand le matériel médical fait défaut.

L’audition, les amygdales, les dents, les jambes, les vertèbres, les organes internes, tous les maux peuvent être diagnostiqués avec l’auriculothérapie, suffit-il pour les guérir d’appuyer sur le bon bouton… Témoins les pirates dont on perçait l’oreille pour améliorer leur vision de loin !

Vicky Sommet

¹Cette forme d’acupuncture est désormais proposée à l’hôpital : au centre de cancérologie Paris-Nord comme support de la chimiothérapie et de la radiothérapie, à l’Hôpital Foch, le Centre René-Huguenin et l’Hôpital de Gonesse.
À LIRE  :  Les mystères de l’oreille du Docteur Nadia Volf (Éditions Assouline, 2016, €25).

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.