Candidose : une bonne santé commence par les intestins

0

Ballonnements, gaz, irritations cutanées, addiction aux sucres, mycoses, humeur changeante… et si c’était la candidose ? Derrière ce nom se cache un phénomène qui touche plus de 70% de la population mondiale. Infection chronique insidieuse, souvent ignorée par les médecins car ses symptômes sont très généralistes, elle démarre dans l’intestin, puis sous certaines conditions, prolifère. On la rencontre plus fréquemment en gynécologie, mais elle n’est jamais vraiment traitée à sa cause, qui est dans le tube digestif.

De quoi s’agit-il ? D’une levure inoffensive, le plus souvent le Candida Albicans. Le candida vit en DR Candidose-Midetplussymbiose avec les autres bactéries de la flore intestinale, ce sont elles qui régulent sa prolifération. Mais à cause de facteurs comme une alimentation trop riche en produits raffinés (sucre blanc, pain blanc, produits industriels…), une surexposition aux antibiotiques, une surconsommation de médicaments (corticoïdes, pilule anticonceptionnelle), le stress, les pollutions chimiques, les métaux lourds (bref toute la gamme de la vie moderne !), il y a une bascule de la flore intestinale, il n’y a plus d’autorégulation du candida, il mute et se reproduit à grande vitesse.

De façon globale le candida induit une inflammation importante du terrain et rend plus fragile.

Tout le tube digestif est envahi, et cela donne beaucoup d’inflammation et d’inconfort. Il occupe aussi à temps plein le système immunitaire et nous rend donc plus vulnérable aux infections de passage (rhume, sinusite et autres joyeusetés), ce que nous soignons à grand renfort d’antibios et d’anti-inflammatoires, ce qui ne fait qu’aggraver la situation sur le long terme.

Quels sont les symptômes possibles associés à la présence de candida ?

  • Gaz, ballonnements, démangeaisons anales, diarrhée, constipation.
  • Fatigue progressive et inexpliquée avec sommeil médiocre et récupération insuffisante.
  • Intolérances alimentaires
  • Troubles du comportement alimentaire : boulimie, envies de sucre (chocolat, gâteaux…), de graisses saturées (charcute©Fotolia-Piprod-Candidose-Midetplusrie, fromage…) et de boissons alcoolisées.
  • Problèmes gynécologiques (démangeaisons, mycoses).
  • Cystite chronique.
  • Problèmes de peau : eczéma, psoriasis, acné, champignons aux ongles, aux pieds.
  • Problèmes respiratoires : asthme, bronchite.
  • Troubles du comportement : dépressions, anxiété, fatigue chronique, maux de têtes, troubles du sommeil (difficulté d’endormissement), de la concentration (mémoire, volonté en baisse) et de l’humeur (irritation, inquiétude, agressivité, insatisfaction…).
  • Douleurs articulaires et musculaires.

Que faire ? On cesse de nourrir le candida et pour le faire retourner dans ses quartiers :

  • Dire adieu temporaire aux sucres, chocolats, gâteaux, céréales, laitages, fruits et alcools… et se tourner joyeusement vers les légumes, les oléagineux, les légumineuses, les poissons, de l’eau de bonne qualité.
  • Consommer abondamment de l’ail, de la cannelle, de l’origan, de la noix de muscade, du basilic, de la coriandre pour leurs actions fongicides.
  • Agir avec des huiles essentielles anti-fongiques comme l’origan, la cannelle, le tea tree, le citron, le gingembre, associées avec des plantes comme l’horopito et le lapacho pour nettoyer le tube digestif.
  • Réparer la muqueuse et modérer l’inflammation grâce au curcuma, à la glutamine et aux extraits de pépins de pamplemousse.
  • Repeupler la bonne flore intestinale grâce à de bons probiotiques, une fois qu’il n’y a plus de sur-prolifération de levures.
  • Soutenir le foie pour l’énorme travail de détox qu’il doit fournir.

Après quelques mois de ce traitement, on peut diversifier à nouveau plus largement l’alimentation et alléger le protocole. Il n’empêche que l’équilibre restauré reste relativement précaire et qu’il faut rester vigilant pendant quasiment une année.

Certains naturopathes assimilent à tort les dysbioses (déséquilibres de la flore intestinale) et les troubles de la perméabilité à de la candidose. Afin de pouvoir la diagnostiquer avec certitude, il convient de faire une prise de sang avec une recherche d’anticorps anti-candida et éventuellement une coproculture. Il est indispensable d’être accompagné par un professionnel pour pouvoir vraiment s’en débarrasser et il le faut pour retrouver une bonne santé. Celle-ci commence dans les intestins, ne l’oubliez-pas !

©Claire Price - Marine Le Gouvello - Mid&PlusMarine Le Gouvello
Naturopathe, diplômée du CENATHO
110 rue de Longchamp, 75016 Paris, Tél. 06-61-85-88-22

En savoir plus :
Vaincre la candidose de Simon Martin (€49,21)

http://www.ateliersante.ch/candida.htm 

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.