La naturopathie

1

La naturopathie* fait partie des approches non conventionnelles de la médecine qui vise à équilibrer le fonctionnement de l’organisme par des moyens dits naturels (régime alimentaire, hygiène de vie, phytothérapie, exercices, etc.) tout en promouvant l’auto-guérison. Retour sur un phénomène à la mode qui existe pourtant depuis la nuit du temps puisqu’il fait appel aux fondements essentiels de la vie.

Depuis quand ? Par sa nature, on peut dire que la naturopathie se rattache à la tradition médicaalchemy-436580_640le de la Grèce Antique. La première naturopathe célèbre est Saint Hildegarde de Bigen, abbesse au XIème siècle, qui recommandait déjà la consommation d’épeautre, fenouil, châtaigne ou encore du vinaigre de cidre. Mais c’est l’allemand Benedict Lust (1870-1945), médecin, ostéopathe et chiropraticien, qui la fonde officiellement après avoir émigré aux États-Unis et y ouvre une école où sont enseignées hydrothérapie, herboristerie, nutrition, physiothérapie, physiologie et psychologie. La pratique apparaît en France en 1935 (Pierre-Valentin Marchesseau).

Si elle est aujourd’hui reconnue dans certaines provinces du Canada, certains états américains, en Israël, en Australie et pour l’Europe en Allemagne, Belgique et Suisse, ce n’est pas encore le cas officiellement en France où les naturopathes agissent plutôt comme des conseillers en santé en complément des soins fournis par des professionnels.

Le concept. Il s’agit en premier lieu d’activer, nourrir et renforcer les mécanismes de guérison plutôt que d’éliminer les symptômes ou attaquer directement les agents pathogènes comme le fait la médecine traditionnelle. « C’est en travaillant sur le terrain global de la personne et en éliminant la cause qu’on améliore durablement la santé des patients. Mais il faut compter parfois sur des résultats moins immédiats qu’avec des traitements allopathiques, mais qui dureront sur le long terme. Il s’agit surtout de redonner au corps les moyens de bien fonctionner », nous dit une naturopathe**. Pour une tendinite par exemple, il faut aller voir du coté de l’équilibre acido basique, ou plutôt du déséquilibre en acidose dont souffre la totalité des personnes connaissant les affres des tendinites/arthrites/rhumatismes.

Les principes. Tout d’abord ne pas nuire (la nature est guérisseuse et recèle son propre pouvoir de guérison). Puis identifier et traiter la cause, détoxifier et purifier l’organisme. Enfin rééduquer en guidant le patient sur la voie de la guérison et en l’aidant à préserver sa santé de façon naturelle tout en lui expliquant que la maladie est le fruit d’un img12ensemble complexe d’interactions entre le physique, le mental, l’émotionnel et le spirituel (vision holistique). Le thérapeute rééduque comment se nourrir de façon à obtenir tous les nutriments nécessaires à notre santé pour éviter de recourir sans besoin à des médicaments de synthèse ou des interventions chirurgicales. Et enfin, le praticien indique comment agir sur son environnement et son mode de vie afin de maximiser nos forces et notre bien-être pour, au bout du compte, réduire les risques de maladie.

Le bilan. Tout commence par un bilan de vitalité qui permet de s’assurer que la naturopathie peut être appliquée avec succès au sujet et sans danger. Il s’agit d’un entretien très complet (il faut compter environ 1h30) qui permet au praticien, en posant toute une série de questions au patient, de déceler ses particularités, de comprendre et d’accompagner sa vitalité et de stimuler ses capacités d’auto-guérison. 

Les outils. La nutrition, les exercices physiques et l’hygiène neuropsychique sont les trois fondements de la pratique et peuvent être accompagnés d’autres techniques comme l’hydrologie, les masnaturopathie_image_pathossages, la réflexologie, les exercices respiratoires, la phytologie (plantes et huiles essentielles), les méthodes énergétiques ou vibratoires.

Que soigne-t-elle ? Les allergies, les problèmes de peau, de poids, le mauvais sommeil, les problèmes inflammatoires ou digestifs, l’arrêt du tabac, les carences, la mauvaise alimentation, le stress.

« Les quatre lois de base auxquelles nous sommes soumis sont la respiration, l’alimentation, le sommeil et l’élimination. Or, nous respirons du bout du nez, juste assez pour ne pas mourir, et en plus de l’air pollué. Notre alimentation n’a rien à voir avec celle que la nature a prévue pour notre fonctionnement, ce qui fait que notre sommeil n’est pas aussi réparateur qu’il le devrait et que l’élimination de nos résidus alimentaires laisse souvent à désirer. » Irène Grosjean, naturopathe.

En gérant mieux nos habitudes de vie et en stimulant l’énergie vitale et la capacité d’auto-guérison présentes chez chacun d’entre nous, ne traitons-nous pas mieux notre corps, ce véhicule à vivre que nous prenons en venant au monde pour faire le voyage de la vie et que nous abandonnerons à son terminus ? Alors offrons-lui le carburant, l’entretien et les vidanges qui s’imposent ! Une mauvaise alimentation et une mauvaise digestion peuvent être responsables d’un grand nombre de troubles (notamment celui du sommeil pour lequel je suis allée consultée une naturopathe**). Est-ce parce que je change de vie que je change mon alimentation ou parce que je change mon alimentation que je change de vie ?

Marie-Hélène Cossé

©Claire Price - Marine Le Gouvello - Mid&Plus*Du latin natura et du grec pathos (étudier et supprimer le mal à l’aide des moyens que nous offre la nature) ou de l’anglais nature et path (le soin par la nature).
**Marine Le Gouvello, naturopathe, diplômée du CENATHO, 110 rue de Longchamp, 75016 Paris, Tél. 06-61-85-88-22

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.