La voix est notre second visage, travaillons-la

0

La voix est un outil de développement personnel qui permet de s’affirmer aussi bien dans la société que dans l’univers professionnel. Miroir de notre personnalité et de nos émotions ponctuelles, elle conditionne notre relation aux autres. Soyons donc à l’écoute de notre voix et travaillons-la !

Des natures de voix différentes

À la lecture des hommages rendus à Jeanne Moreau lors de sa disparition, on saisit toute l’importance du rôle de sa voix dans sa carrière. Voix qualifiée, entre autres, de « burinée, cuivrée, sensuelle, éraillée, rauque, voilée…». Petite voix, trop aigüe, qui tremble, maternante, coincée, geignarde, précipitée, hypotonique, monocorde, masculine, sèche, envahissante, forcée, surjouée, instable sont les 16 natures de voix recensées par Christine Moussot¹, coach vocal, qui nous invite à identifier la nôtre, à mieux la gérer et ainsi à développer une meilleure confiance en soi.

© Christine Moussot - Mid&Plus

Les femmes pénalisées ?

Au-delà des caractéristiques génétiques et hormonales qui influent sur notre comportement vocal, les femmes ont un larynx moins long que celui des hommes et des cordes vocales moins épaisses ce qui engendre un différentiel dans ce qu’on appelle la hauteur de la voix (aigüe) et dans le timbre (la tonalité, la couleur). Aujourd’hui, on relève un amenuisement de cet écart, mais attention, ce n’est pas parce que l’on accentue les graves artificiellement et exagérément que l’on fait montre de plus de crédibilité ou d’autorité ! L’éducation (Tais-toi, parle moins fort !), le milieu social, nos modèles ont façonné notre voix, somme des cicatrices de notre histoire personnelle.

Identifier son profil vocal

Huit paramètres peuvent aider à définir son profil vocal :
– la hauteur qui permet de définir le caractère plutôt aigu ou grave,
– 
l’intensité : le volume sonore,
– 
le timbre : véritable signature de votre identité ou couleur,
– l’articulation : la précision avec laquelle on prononce les mots,
– le débit : la vitesse d’exécution des phrases,
– le rythme : découpage et structuration de la phrase dans un moment donné,
– les intonations : inflexions mélodiques, et
– 
les accentuations  : souligner un mot ou un bout de phrase par le biais d’ intonations.
Selon les exercices, vous vous rangerez dans le camp effacé, agressif, inexpressif ou affirmé.

Confiance en sa voix, confiance en soi

Le travail ici proposé, en aucun cas, ne cherche à déguiser notre voix, à gommer notre identité (géographique par exemple, soulignée par un accent), il permet seulement de s’adapter à un contexte donné, à des codes précis relatifs à un certain environnement. La méthode comprend une série de soixante exercices et d’extraits vocaux (à télécharger sur le site), des conseils précis pour préparer une future prise de parole, ainsi que quelques recommandations d’hygiène de vie. Évidemment, on retrouve encore une fois la nécessité de travailler sur le corps, la respiration et la posture.

Maîtriser sa voix c’est redéfinir le rôle que l’on veut s’attribuer, changer la qualité de nos échanges avec les autres, marquer sa présence, mieux occuper l’espace, savoir se faire entendre, bref avoir du charisme. C’est tout à fait dans nos cordes…

Christine Fleurot

Femmes faites-vous entendre. S’affirmer par le travail de la voix de Christine Moussot (Éditions Odile Jacob, €21.90).
¹Christine Moussot est coach vocal à Paris. Diplômée de l’ESCP, elle accompagne individuellement, ou lors d’ateliers collectifs, de nombreux professionnels d’horizons très divers : dirigeants, conférenciers, élus, avocats, mais aussi chanteurs et comédiens

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.