Posture et présence

0

Adopter la bonne posture et renforcer sa présence : cette thématique a réuni une vingtaine de Mid&Plus, le mercredi 21 janvier à Paris autour d’Annick Pasquier*, coach physique, formatrice en entreprise et de Catherine Denece-Jullien**, osthéopathe. Pour les absentes, petit cours particulier de rattrapage.

La posture. Être d’aplomb est essentiel à notre santé physique et mentale.
Premier exercice : travailler notre position assise, essentielle devant notre ordinateur ou à notre bureau.

PixabayChercher l’appui du dossier de sa chaise, il va soutenir notre dos ? NON. S’adosser écrase, tasse les côtes, ferme le diaphragme et empêche la respiration, le corps est moins oxygéné.

ÊPixabaytre assise droite sur ses ischions,  le dos non appuyé à son dossier, les deux pieds légèrement ouverts bien ancrés sur le sol ? OUI. Les ischions ? Deux petits os pointus qui supportent courageusement le poids de notre corps ! Laissons-les travailler pour nous. Plaçons-les sur le bord de la chaise, les épaules en arrière, relâchées, tirons les coudes vers le bas. Nous voilà solidement ancrées et alignées. La colonne peut alors se redresser facilement, sans fatigue.

Posture et PrésenceLa posture est individuelle, cambrure et  placement des hanches sont personnels. Il faut bouger et chercher la bonne position jusqu’à l’état de non tension et de lâcher-prise. Si la posture est bonne, il n’y a plus de crispation, la tête reste mobile, on entend mieux les informations.
Deux exercices  recommandés  :
– Assise à califourchon sur une chaise à l’envers en respectant les consignes ci-dessus. Cet exercice permet d’ouvrir les hanches. Faire plusieurs respirations.
– Assise, vérifier que sa position est correcte, se relever et s’asseoir 20 fois en respirant bien.

Pour la position debout, mêmes consignes : pieds ancrés dans le sol, épaules en arrière, ouvrir le Posture Présencediaphragme, être aligné, en harmonie gauche et droite. Prendre conscience de ses tensions, lâcher ses émotions. Plus on étire moins on fatigue. Être ni raide ni tendu, mais mobile grâce au souffle. La fluidité de la posture réside en la respiration, essentielle. Il convient de prendre conscience à tout moment de ses mobilités (hanches, épaules, tête). L’étirement debout donne de la détente à tout son corps (bien penser à ouvrir ses bras en travaillant l’ouverture de l’omoplate et non de l’épaule).
Petit exercice de détente pour le soir : Tout part des pieds. Debout, mettre une petite balle sous son pied nu et la rouler dans tous les sens sous sa plante pour bien la sentir. Passer à l’autre pied. Le flux sanguin remonte et donne plus de sensation. Cet exercice est très agréable et détendant après une journée de tension. À noter qu’il est très bon pour les personnes âgées.

Une bonne posture debout montre que nous ne sommes pas là en spectatrices, mais plutôt prêtes à regarder les choses en face et à se mouvoir. Être présent dans la posture, c’est être « ici et maintenant », en ouverture totale. Cela donne de la disponibilité, de l’attention, une place. C’est être en position pour recevoir et donner.

La présence : « La posture, nous dit Catherine Denece-Jullien, c’est aussi une façon d’habiter son corps et de se présenter au monde : dynamique, ouverte, plus confiante. Vous communiquez autrement parce que vous dégagez autre chose ». Si la posture se corrige par l’apprentissage d’exercices au quotidien, il convient aussi de prendre conscience de la façon dont on occupe sa place afin de mieux se relier à soi et aux autres. Le regard permet de créer un contact et de balayer autour de soi. La voix et la respiration se placent. L’ouverture des épaules donne la détente. La place occupée dans la pièce indique si l’on souhaite être en relation ou non avec les autres. Être à la bonne distance des autres permet d’être entendue, vue ou reconnue. Petite astuce, lors d’une prise de parole en public : pour se décontracter, tenir un objet dans ses mains ou s’appuyer légèrement contre un meuble.

Tout va trop vite, notre époque est dans la consommation, le « tout de suite ». Nous perdons notre présence « ici et maintenant ». Il n’y a pas de présence sans ressenti d’un corps bien ancré et bien posé.  Dans la bonne posture, on peut lâcher prise et être ainsi dans la présence. Alors adoptons d’urgence l’une pour renforcer l’autre !

Marie-Hélène Cossé

*Annick Pasquier, coach physique http://www.resonances.asso.fr/, formatrice en entreprise http://www.activ-attitudes.com/.
**Catherine Deniece-Jullien, ostéopathe, 31, rue Chanez, 75016 Paris – 01 42 25 15 44

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.