L’urgence de ralentir

2

Notre wishlist de cadeaux la semaine dernière vous aura donné des idées… tant mieux ! J’en rajoute un autre, rien que pour vos yeux, qui vous inspirera peut-être, il s’agit du thème de l’urgence de ralentir.

Le déclic, chez moi, a eu lieu en novembre dernier. J’assistais au dernier petit-déjeuner de l’année de Paroles de Femmes 78 (5 par an). Elles avaient invité, cette fois-ci, le talentueux normalien et agrégé de philosophie, père de 9 enfants, Jean Caron, à venir nous faire réfléchir sur le thème de : L’urgence de ralentir, le défi de l’intériorité. Inutile de vous dire que les 180 femmes présentes (de 40 à 75 ans) se sont toutes senties concernées. Constatant les méfaits du règne de l’urgence, des limites de notre société saturée d’informations, ne vivant que sur l’extériorité, surfant sur tous les tableaux du divertissement, de la distraction, de l’accélération, ne sommes-nous pas en train de perdre notre unité, notre centre, notre identité ? Mémoire floue, lecture de vie illisible, il est urgent de prendre le temps de revenir à soi. Cette attention à soi-même n’est ni régressive, ni égoïste, elle est signe d’une bonne santé mentale, physique et psychique.

S’arrêter de courir, se poser, descendre en soi-même et y trouver un espace intérieur, y découvrir un peu de ce que l’on est, ce qui est notre âme, ce qui est sacré. « Ma conviction est que le travail sur notre intériorité est une dimension fondamentale de notre bien-être, mais aussi une condition pour nous tourner correctement vers notre environnement, c’est-à dire sans violence, sans énervement, sans ressentiment. » (Christophe André, entretien publié sur Pèlerin.info, mars 2009).

Ce travail demande du temps pour être à l’écoute de soi-même, un changement de rythme pour réfléchir pour faiCulte Urgence-N Aubert-Midetplusre le point et prendre du recul. Exercice pas facile qui n’est pas devoir mais plutôt désir dans le silence. Et justement, Nicole Aubert rappelle que « Le silence nous remet en accord avec la musicalité de notre vie. Il nous offre cette possibilité extraordinaire de renouer avec notre intériorité. Quand le silence se fait peu à peu autour de vous et en vous, alors commence à émerger notre être intérieur, avec ses voix et sa vie propre. Le silence s’apparente à une sphère qui nous accorde avec le monde. Il vous donne le goût, l’envie profonde de se retrouver en paix. Avec soi-même, et donc avec le monde qui nous entoure».

Les rubans qui entourent ce cadeau que vous pourriez vous offrir sont fins, colorés, beaux… Nous avons tous besoin de beauté, d’écouter avec nostalgie la musique, d’admirer les tableaux de maîtres ou contemporains, de savourer le chant d’un oiseau espiègle, d’un moment parfait de connivence avec la nature. Charles Pépin, philosophe et écrivain, explique dans son livre Quand la beauté nous sauve « qu’elle nous aide à mieux nous connaître, à oser être ce que nous sommes, à accueillir le mystère de l’existence »….

Un beau programme pour 2015, vous ne trouvez pas ?

Véronique Perrot

www.parolesdefemmes.fr  (CD de la conférence en vente sur le site)
Quand la beauté nous sauve –  Charles Pépin – Édition Poche-Marabout
Pour une écologie de l’attention – Yves Citton –Édition du Seuil  (2014)
L’espace intérieur – Jean-Louis Chrétien – Édition de Minuit (2014)
Le culte de l’urgence : la société malade du temps – Nicole Aubert- Éditions Champs – Essais – http://www.en-aparte.com/2013/06/10/le-culte-de-lurgence-la-societe-malade-du-temps/
Éloge de la lenteur – Carl Honoré – Édition Marabout
http://www.carlhonore.com/books/in-praise-of-slowness/france-cover-2/ 

 

 

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.