L’être humain, oui, mais tout l’être humain

0

Nous sommes un et indivisible. Un corps et un esprit. L’approche holistique de la santé considère chaque personne dans sa globalité : « Comprendre l’état de santé ou de déficience d’une personne en fonction de ses facteurs physiques, psychologiques, sociaux, écologiques et spirituels ».

Un thérapeute holistique, quid ?

Le terme holistique vient du grec « holos », le tout, l’ensemble et « therapein », soigner. Le thérapeute holistique va soigner « le tout », harmoniser corps et esprit dans une même démarche : le corps, composé des enveloppes physiques et énergétiques et l’esprit, composé de la sphère émotionnelle en interaction avec celle du mental. La thérapie holistique peut aider à préparer ou franchir des caps difficiles dans la vie professionnelle ou personnelle ou simplement favoriser une meilleure hygiène de vie et être source d’épanouissement au quotidien.

« Je ne suis pas une magicienne équipée de ma baguette. Mon objectif est que chaque patient prenne conscience de sa problématique, devienne autonome et acteur de sa guérison en s’appropriant l’outil utilisé. »
Nathalie Sportes, thérapeute holistique

Pas de protocole pré-établi

Le thérapeute holistique a plusieurs cordes à son arc. Certaines d’ordre psychologique : la sophrologie, la relation d’aide, l’approche neuro biologique des émotions, l’art-thérapie… d’autres d’ordre corporel, telles que la réflexologie, les massages… Et, il en joue à volonté. Il sélectionne et séquence les outils à utiliser en fonction de la pathologie de chaque patient. Il n’existe aucun traitement type, il ne peut y avoir qu’une proposition.

©Thérapie holistique - Mid&Plus

Écouter notre corps

La génération Mid fière d’arriver sans aide, à force de volonté, championne du « même pas peur, même pas mal » néglige souvent son corps jusqu’au moment où l’ignorer est impossible. Le thérapeute va nous amener à mieux nous connaître.

« L’expression des émotions n’est pas le problème, mais déjà la solution. « Je me mets tout le temps à pleurer ou en colère » : le plus important n’est pas forcément de savoir d’où vient le problème, mais « pour quoi » je me mets à pleurer ou en colère. A quoi cela me sert-il ? Pour me mettre en sécurité, me défendre? Les émotions passent par le corps et à partir du moment où nous prenons conscience que quelque chose se passe dans notre corps, le travail peut commencer. »
Nathalie Sportes, thérapeute holistique

Un médecin chinois s’étonnait qu’il existe en Occident des médecins qui ne s’occupent que de la tête alors que le cerveau dirige tout. Platon le disait déjà : « On ne doit pas chercher à guérir le corps sans guérir l’âme. » Alors, apprenez à vous connaître entièrement pour mieux être maintenant.

Agnès Brunel-Averseng

Pour celles que cela tenterait, formation en thérapie holistique : http://www.cassiopee-formation.com

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.