Une année sans sucre

0

Le sucre est omniprésent dans notre alimentation, bon ou mauvais pour notre santé ? Réponse d’une adepte du bien-être qui a testé zéro sucre pour retrouver santé de fer et moral d’acier.

Sucre désir, sucre plaisir, sucre danger pour l’avenir

Journaliste au magazine ELLE, Danièle Gerkens, a posé l’équation : cuisine + plaisir + santé + nutrition + société + équilibre + sociologie + tendances = la vie au quotidien. Spécialiste des rubriques santé et bien-être, elle a tenté l’aventure d’une année sans sucre, consciente que les médecins prônent sa réduction drastique. Intéressée par les maladies dites « civilisationnelles », elle a consulté des études qui parlent d’obésité, de diabète, de maladies cardio-vasculaires, de cancers. Et c’est lors de la parution d’un papier titré « Le sucre, pire que la coke ? » que Danièle a senti qu’il fallait qu’elle se lance un défi. Arrêter le sucre, oui, mais lequel ?, car il y a, non pas un sucre, mais des sucres, même si le glucose est le carburant de notre organisme et que le cerveau en redemande.

Que supprimer sans mettre sa santé en danger ?

Le sucre, le sucre en poudre, le sucre roux, les pâtisseries, viennoiseries, biscuits, sirops, bonbons, céréales, chocolat et les plats industriels, même salés. À éviter les noms des ingrédients qui se terminent en –ose : maltose, dextrose, glucose… Restent les fruits à faible teneur de fructose : fruits rouges, kiwis, ananas ou oranges… pour suivre les préconisations du Docteur Lustig : « Quand Dieu a créé le poison, le fructose, il a aussi créé l’antidote, les fibres ». Adopter le petit-déjeuner salé, boire sans sucre et ne pas céder aux douceurs quand le blues s’installe. Avec pour vous sauver, des « sucreurs » d’aliments comme la vanille en poudre, la cannelle ou la noix de coco et, pour se lâcher, les noisettes torréfiées ou les raisins secs.

©Sans sucre - Mid&Plus

Le sucre, un goût de notre époque

Oubliez les fêtes sucrées qui rythment notre calendrier : Pâques, Noël, la Chandeleur ou l’Avent. Se rappeler que, rapporté par les Croisés, le sucre appartenait à la pharmacopée pour être consommé à la fin des repas et faciliter la digestion, « l’alicament » d’aujourd’hui. Et il n’y a pas qu’en bouche qu’il s’impose : parfum caramel ou barbe à papa pour Prada ou Thierry Mugler, les pâtisseries françaises s’exportent, les recettes de gâteaux allégés en sucre… font recette, sans parler des salons de thé des palaces, des émissions de télévision, la présence des it-gâteaux dans les blogs et la peau et le glucose, des faux-amis car le sucre fait vieillir et on ne connaît pas avec précision les bénéfices des édulcorants. Le poids et le surpoids sont les ennemis du sucre, il vaut mieux manger une pomme avec 53,2 calories qu’une compote de pommes avec 93,7 calories !

Un livre plutôt qu’une ordonnance, c’est une lecture que la fan de sucre que j’étais (et suis encore…) vous conseille sans modération !!!

Vicky Sommet

« Zéro sucre. Mon année sans sucre, comment s’en libérer. »
de Danièle Gerkens (Éditions J’ai Lu, mars 2017).
 

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.