Jolis titres

0

Culture Livres - Mid&PlusUn si joli titre « Le plus bel endroit du monde est ici «  donne envie de tourner les pages… Ce roman se lit d’une traite, la trame est inattendue, au départ pourtant tristounette : Iris, 36 ans venant de perdre ses parents adorés, broie des idées noires et ne trouve plus de raison de vivre. La lectrice achève pourtant les 187 pages avec la pêche. Elle y découvre l’espoir, la renaissance, des réflexions sur la vie. « Ne cherche pas au bout du monde ce que tu as sous les yeux » conseille Luca, le bel italien porteur d’une promesse de bonheur. Poésie, magie, hasard. Un roman, un conte philosophique ? Cette belle histoire originale fait du bien, elle est à glisser dans son sac et dans toutes les mains de celles qui savent déjà tout ou qui se cherchent !
Le plus bel endroit du monde est ici  – Francesc Miralles et Care Santos. Traduit de l’espagnol par Alexandra Carrasco-Rahal. Éditions Pocket.

Orban-Joséphine-MidetplusDans un autre registre, il  y a 200 ans, au mois de mai, se mourrait d’amour la belle et grande amoureuse, Joséphine de Beauharnais. Christine Orban, avec une remarquable empathie, s’est glissée dans la peau et dans l’intimité de cette femme des îles, libre, fragile et courageuse, qui en fait ne survit à Malmaison que pour pouvoir encore « Quelques secondes avant d’expirer, entendre lui redire : Joséphine, quel effet bizarre faites-vous sur mon coeur ! Alors je m’endormirai aussi contente que tu me souhaitais, emportant avec moi ces mots pour l’éternité ». Elle s’adresse à Napoléon Bonaparte, son ex-époux. La raison d’État ayant gagné, l’Empereur, son cadet de 6 ans, a lui-même ordonné leur divorce. Humiliée de cette répudiation pour incapacité à enfanter (elle avait pourtant 2 enfants d’un premier mariage), blessée par la perte de ses privilèges, Joséphine prend la plume pour rétablir la connivence et renouer la conversation interrompue, lui livrant tout ce qu’elle a sur le cœur.  Ce n’est qu’un roman, mais Christine Orban fait si bien revivre l’impératrice déchue, partageant ses joies, ses peines, ses blessures, ses regrets, par des descriptions très fines de l’époque napoléonienne, qu’on ne pourra que se précipiter cet automne au Château de la Malmaison et l’imaginer derrière la fenêtre de sa chambre…
Quel effet bizarre faites-vous sur mon coeur – Christine Orban – Albin Michel
http://www.chateau-malmaison.fr/

par Véronique Perrot

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.