À la découverte de l’esthétisme japonais

0

Pour l’amateur d’art, l’esthétisme japonais a cela de particulier qu’il nécessite un apprentissage, ou plutôt un désapprentissage. Changer les concepts et la perception du Beau est une bonne manière de commencer à appréhender objets et environnement. C’est vrai pour la nature, l’art et toutes les choses qui nous entourent, utiles ou pas. 

Oublier l’idée de hiérarchie

La distinction entre l’artiste, qui peut avoir vécu pauvre mais qui une fois reconnu parviendra au sommet de la gloire et l’artisan, qui lui reste au bas de l’échelle, n’a pas lieu d’être au Japon. Les deux méritent la même considération et ne sont pas distincts dans l’intérêt des esthètes japonais. Ici, le savoir-faire a toujours eu ses lettres de noblesse. L’approche de l’art est plus sensible qu’intellectuelle et ce qui se pose sur la table peut mériter autant de considération que ce qui s’accroche au mur.

La beauté des choses est partout, elle est l’affaire de tous

C’est avec la même humilité, le même mysticisme que chacun, observateur ordinaire ou éduqué, admire la cascade, la floraison des cerisiers, les feuilles rouges des érables ou la lune cachée dans la brume, autant de symboles dont les japonais admirent, de façon ritualisée, les transitions. En occident, pour Kant par exemple,  le « goût » n’est pas une chose due, il faut l’éduquer, il suppose une connaissance culturelle et un jugement de l’homme. Mais si le beau est dans la nature, un tel prisme n’est pas nécessaire. Il suffit d’admirer avec simplicité et empathie¹.

©Esthétisme japonais - Mid&Plus

Au Japon, il n’y a pas non plus de hiérarchie dans la matière

Si l’on prend l’exemple des netsuke², ils peuvent être en bois, en ivoire en argent en or ou en jade, mais leur valeur dépend non pas de la matière mais de la finesse d’exécution, de leur expression quand il s’agit de personnages (restituer la douleur, l’ironie la joie, la douceur..). La beauté ne saute pas aux yeux, elle s’observe dans les détails.

L’incomplet, l’irrégularité, l’impermanence, la fragilité autant de dimensions du Beau

L’objet peut être cassé et le réparer lui donnera une valeur supplémentaire. C’est la méthode du kintsugi³ qui permet de réparer porcelaines ou céramiques brisées grâce au moyen de laque saupoudrée de poudre d’or. Le temps, sa patine peut aussi rendre un objet plus beau4. De même  les saisons représentent l’inévitable réalité du changement et elles sont en relation avec la mélancolie de la disparition et avec l’allégresse de leur renaissance.

©L'esthétisme japonais - Mid&Plus

Derrière sa complexité apparente, l’esthétisme japonais par son caractère parfois inachevé, asymétrique ou désert comme le sont les jardins zen,  n’est pas prétentieux. Il est « iki », soit simple, pur et naturel.

Michèle Robach
Mid&Japon

¹Mono no Aware : « l’empathie envers les choses », concept de l’esthétique japonaise qui fait référence à la beauté de l’éphémère.
² Petits objets traditionnels servant à maintenir des sagemono (soit objets suspendus) à l’obi du kimono.
³Jointure en or.
4Wabi-sabi, soit ce qui est éphémère et beau du à la patine du temps.

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.