Moi, dessiner ? oui, c’est possible !

1

Yes you can, tout le monde peut dessiner, mais avec le cerveau droit ! En ces temps de retour à l’obscurantisme où l’on assassine des dessinateurs armez-vous d’un crayon : vous augmenterez votre confiance en vous, votre sensation de bien-être et appréhenderez la vie autrement.

Il était une fois une américaine, Betty Edwards, docteur en art, éducation et psychologie de la perception à UCLA qui révolutionna l’apprentissage du dessin grâce à ses études sur le mode de fonctionnement du cerveau humain et la perception. Sa grande trouvaille fut la suivante : il suffit d’utiliser le bon outil pour apprendre à dessiner et cet outil est à la portée de tous, c’est notre cerveau. Mais pas n’importe lequel, notre cerveau droit. Les stages organisés par Betty Edwards duraient 5 jours et les résultats obtenus en si peu de temps étaient époustouflants.

©Ed Mardaga-Dessin Cerveau droit-Mid&plusNos fonctions mentales sont réparties en deux hémisphères cérébraux, chacun ayant son propre mode de connaissance et de perception de la réalité extérieure. La compétence du cerveau gauche est verbale, analytique, temporelle. Il va dessiner ce qu’il connaît et qu’il peut nommer : un nez, une bouche…C’est rapide mais rarement exact et satisfaisant pour un néophyte. Les compétences de l’hémisphère droit au contraire sont visuelles, perceptives. On perçoit un contour, un espace, une ombre… Il va dessiner la réalité des choses. Dessiner l’image d’une forme perçue est l’apanage du cerveau droit. Mais dans notre quotidien, notre cerveau gauche domine, il classe, organise, hiérarchise…Pour laisser parler notre cerveau droit, on doit neutraliser, marginaliser le « grand saboteur de la démarche artistique ».

Et voilà la première bonne nouvelle : apprendre à dessiner ne dépend pas d’un « talent » mais d’un apprentissage approprié, simple et à la portée de tous. Tout le monde en est capable, puisque tout le monde dispose de l’outil nécessaire. Il suffit de l’activer. Ce faisant, on va éprouver du plaisir à réussir une chose que l’on croyait impossible. Et toute situation de réussite stimule la confiance en soi. Que du bonheur !

Et ce n’est pas fini, deuxième bonne nouvelle : en accédant à une partie du cerveau qui fonctionne de façon intuitive et créative, nous acquérons un savoir évident pour les arts visuels mais nous améliorons notre capacité à penser de façon créative dans d’autres domaines de notre vie. Accroître nos compétences perspectives va enrichir notre réflexion et notre mode de résolution des problèmes. Cela va nous permettre d’appréhender les choses de la vie par un angle différent : en les mettant en perspectives, en proportions. Activer notre cerveau droit contribue à notre développement personnel.

Pour moi, cet apprentissage a été une découverte, un « booster » de mes capacités perceptives et un grand plaisir au quotidien de lâcher prise en dessinant. Alors, à vos crayons. « La vie est plus riche quand on la voit mieux.» (élève de Betty Edwards)

Agnès Brunel

Dessiner grâce au cerveau droit, Betty Edwards, Éditions Mardaga,2014.
www.artmb-mariebrigittecouderc.com/

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.