Prix du Livre Inter 2015

0

Créé en 1975, le Prix du Livre Inter a pour vocation de décerner un prix des lecteurs pour les vacances estivales à venir. Le 8 juin dernier, la 41e édition a été remportée par Valérie Zenatti pour son livre Jacob, Jacob.

La force et l’intérêt de ce prix littéraire résident en son attribution par un jury constitué uniquement de lecteurs, loin du circuit médias-maisons d’édition, ce qui lui donne une vraie légitimité et audience. 12 femmes et 12 hommes ont composé ce jury, cornaqué cette année par son président Jean-Christophe Rufin.

10 titres sélectionnés par l’équipe Culture de la chaîne radio étaient en lice :
– Dans les yeux des autres, de Geneviève Brisac (L’Olivier) ©Editions L'Olivier-Prix France Inter- Mid&plus
– Évariste, de François-Henri Désérable (Gallimard)
– Vernon Subutex I , de Virginie Despentes (Grasset)
– Échapper, de Lionel Duroy (Julliard)
– Gil, de Célia Houdart (P.O.L)
– L’Écrivain national , de Serge Joncour (Flammarion)
– Les Événements, de Jean Rolin (P.O.L)
– Le Météorologue, d’Olivier Rolin (Seuil)
– Tristesse de la terre – Une histoire de Buffalo Bill Cody, d’Éric Vuillard (Actes Sud)

et… Jacob, Jacob, de Valérie Zenatti (L’Olivier). Ce dernier ayant obtenu la victoire finale au bout de trois tours de scrutin.

« Jacob, Jacob », le prénom est dit deux fois comme une invocation, celle d’un jeune juif de Constantine. A 19 ans, en juin 1944, il quitte sa vie, sa famille, son milieu pour aller libérer la France. Jacob a existé, il appartient à la famille de Valérie Zenatti. Par le biais du roman, elle donne une existence à cet homme qui mourra en libérant la France.

L’auteur. Valérie Zenatti (née en 1970) s’installe en Israël avec ses parents et sa sœur en 1983. Elle y fait son service militaire entre 1988 et 1990, durant la première Intifada, dans les services de renseignements. Puis elle suit une année d’histoire et de sciences politiques à l’Université hébraïque de Jérusalem. De retour en France en 1990, elle passe une maîtrise de langue et littérature hébraïque aux Langues’O. Journaliste-radio, professeur d’hébreu ensuite, elle se consacre depuis plusieurs années exclusivement à l’écriture. Elle a publié plusieurs livres pour la jeunesse dont Quand j’étais soldate et Une bouteille dans la mer de Gaza. Romancière, elle est l’auteur de En retard pour la guerre et Les Âmes sœurs (Éditions de l’Olivier, 2006 et 2010). Mensonges, paru en 2011, est un récit qui se fait l’écho de l’œuvre de Aharon Appelfeld, dont elle est par ailleurs la traductrice.

Les titres des auteurs recalés font évidemment partie des livres à retenir et à glisser dans votre valise d’été. Petit conseil, ajoutez-y Faillir être flingué (Rivages) de Cécile Minard, la gagnante du Prix Livre Inter 2014. Un western choral dans les prairies du Far-West à brides abattues !

Christine Fleurot

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.