Coquelicots de novembre

1

En Grande-Bretagne, sur les murs, dans les jardins, aux boutonnières des stars et des gens ordinaires, les poppies (coquelicots) fleurissent en novembre. En papier ou en métal, parfois tricotés, ils commémorent les soldats britanniques tués lors des conflits du XXe siècle. Ils ont envahi Londres.

Origine du phénomène le poème « In Flander’s field ». John McCrae, son créveteranateur canadien, s’inspira des coquelicots qui fleurissaient sur les champs de la bataille d’Ypres en Belgique pour composer une ode à la mémoire des disparus. Touchée par son texte, Moina Michael, une américaine, eut l’idée de confectionner des poppies en soie rouge et de les revendre au profit des vétérans américains de la guerre de 14. En 1922, le Major Howson créa une usine où des vétérans britanniques sont employés à leur fabrication. Située près de Londres, la Poppy Factory est ouverte au public et se visite sur rendez-vous.

Le deuxième dimanche de novembre, les noms des morts de chaque quartier sont lus dans les églises et les temples de toutes confessions et  des couronnes de poppies en papier ou en plastique sont déposées devant les monuments aux morts. La Reine se plie à la tradition devant le Cénotaphe de Whitehall, siège du gouvernement.


Il existe d’autres lieux de mémoire
typiquement britanniques comme l’Arboretum National ou « les ©I Haynes - Mid&PlusChamps du souvenir » plantés de croix et de poppies éphémères dont le plus connu est celui de l’Abbaye de Westminster. Lors du centenaire du début de la première guerre mondiale, en 2014, un parterre spectaculaire de 888.246 poppies de céramique rouge, un par soldat britannique ou du Commonwealth disparu, ornait les fossés de la Tour de Londres !

Le poppy britannique n’est pas un symbole de la guerre, c’est un signe de mémoire et d’espoir. Un petit frère français, bien moins connu, existe : le bleuet de France. Ces jours-ci, certains des 400.000 Frenchies de Londres l’arborent à leur revers de veste.

Isabelle Haynes
Mid&Londres

 

 

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.