Tout feu, tout femme, tout Cannes

0

Impressions de Doc Eugénie, notre envoyée spéciale à Cannes, avec une petite sélection pour les Mid&Plus de films à apprécier, dès maintenant ou bientôt, sur le grand écran  :

Huit réalisatrices ont concouru cette année, la création féminine avance donc, avec en premiers plans :
Valérie Donzelli avec Marguerite et Julien : Une tendresse d’enfants se mue en passion torride. Un conte incestueux qui finira en fuite et punition par la société, même au 17e siècle. Oui, l’amour romantique est possible avec un sujet violent et une réalisation précieuse ! L’amour reste encore le plus beau des crimes.
Maïwenn avec Mon roi confirme son imprévisibilité et sa rage. Un coup de foudre inspiré de son vécu, extraordinairement joué par Emmanuelle Bercot qui reçoit le prix d’interprétation. La souffrance émane de cette histoire d’amour de dominant et dominé.

mara_blanchett_carolAutres compositions féminines remarquables :
– Todd Waynes avec Carol, d’après un livre de Patricia Highsmith, nous fait suivre une passion homosexuelle aux U.S.A dans les années 50. C’est la période de l’ajout de l’homosexualité à la liste des maladies mentales… Pourtant rien de fou à cette mystérieuse liaison entre deux femmes d’âges et de milieux différents. Le tout est même pudique et à la sensuelle Kate Blankett s’attache la jeune Rooney Mara, prix d’interprétation ex-æquo.
©The Assassin-Midetplus– Hou Hsiao Hsien avec The assassin filme, en Chine médiévale, une justicière partagée entre sa mission et l’amour qu’elle voue à la victime désignée. Une chorégraphie minutieuse et stylée alternant célérité des combats et lenteur de la narration. Du raffinement qui a rapporté le Prix de la mise en scène.
Jia Zhangke avec  Mountains may depart nous décrit trois périodes de la vie d’une femme dans la Chine actuelle : un mauvais mariage, un enfant, un divorce. Dans ce pays avide de développement et en rupture de valeurs traditionnelles, cette femme tranquille qui tient une station-service a du mal à s’épanouir.
Paolo Sorrentino avec Youth a filmé sur la maturité. Un défilé de personnages, tous plus émouvants qu’âgés, séjournent dans un palace suisse. Rires et larmes sur le temps qui passe. Jane Fonda y est une comédienne abjecte, précipitant la mort d’un vieil ami. Dans la réalité, au dernier Festival de Sundance, elle a appelé les femmes à combattre le sexisme de Hollywood, frein à la production féminine.

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.