Annick Adam, tout est affaire de rencontre

0

Femme d’expat à New Delhi, Annick Adam rencontre Pascal Fautrat, travailleur social français, avec qui elle co-fonde un foyer d’accueil pour jeunes garçons des rues. 10 ans plus tard, leur projet qui a pris le nom de Tara accueille 65 enfants de 2 à 22 ans dans quatre foyers ! Retour sur une belle aventure qui montre que tout est possible avec du temps, de l’amour et du courage.

Une belle rencontre

En 2007, le mari d’Annick lui annonce que son employeur lui demande de partir à New Delhi ouvrir un bureau, son dernier poste avant la retraite. Anciennement professeur d’anglais, mère de quatre enfants ayant tous quitté le nid familial, Annick qui ne travaille plus mais contribue activement à la vie associative, est enthousiaste. Un an après son arrivée, elle cherche à travailler bénévolement près d’enfants et rencontre par l’intermédiaire de son professeur d’hindi Pascal Fautrat 35 ans, éducateur français qui travaille pour une ONG indienne. Bouleversé par la situation des enfants en Inde (11 millions d’enfants abandonnés, près de 300.000 enfants dans la rue), il souhaite créer des foyers d’accueil. Annick commence à l’aider ponctuellement, puis comprend vite qu’il est sérieux et s’investit complètement : « On se complétait bien. »

« Le secret de notre réussite ? On a avancé petit à petit et on a eu de la chance de faire de bonnes rencontres. »

La naissance de Tara

Pascal Fautrat présente son projet de création à l’ONG pour laquelle il travaille qui s’y intéresse et décide de tout financer la première année. Ils commencent modestement par un appartement où ils accueillent 20 garçons, le plus petit a 4 ans et le plus grand 14. Ils les inscrivent à l’école communale avant de découvrir qu’ils sont parqués par 70 dans des classes où les professeurs ne viennent pas toujours et manient le bâton… Très vite ils se tournent vers les écoles privées qui ont l’obligation d’accueillir gratuitement un quota de 20% de déshérités. Les enfants qui leur sont confiés par le gouvernement indien viennent de familles en difficulté ou ont été abandonnés (notamment les filles…). Ils sont souvent déjà très abîmés par la vie. Tara décide donc de les prendre plus tôt et un deuxième foyer mixte pour les petits de 2 à 10 ans est créé, puis un foyer pour les filles à partir de 10 ans et enfin un foyer pour ceux qui poursuivent leurs études après 18 ans.

« Je pensais me trouver face à des rebelles, mais pas du tout. Beaucoup ont des problèmes de santé dus à la maltraitance et la malnutrition. Les enfants sont si heureux de découvrir quand ils arrivent qu’ils seront respectés et qu’on ne les frappera plus. Tara devient leur famille. Ils se comportent comme des frères entre eux. »©Annick Adam - Tara India - Mid&Plus

Annick, qui est rentrée en France, fait aujourd’hui partie du conseil d’administration de l’ONG et est chargée du recrutement des stagiaires que Tara accueille chaque année. Ils ont entre 22 et 30 ans, viennent souvent de Sciences Po ou d’une école de commerce et s’engagent pour trois mois minimum sans rétribution ni défraiement. Il s’occupent de la communication, de la recherche de fondations, de sponsors et des programmes de parrainage dont Tara vit afin de financer les appartements, la nourriture des 65 enfants et des 35 salariés locaux qui s’en occupent 24h/24, sans oublier le bénévolat extrêmement présent sans lequel l’aventure ne pourrait pas continuer.

« Attention ce n’est pas du volontourisme. Il y a des règles, des procédures et un vrai travail d’équipe. »
©Annick Adam - Tara India - Mid&Plus

Annick retourne en Inde chaque année. Tara est devenue une aventure familiale à laquelle son mari et elle consacrent un tiers de leur temps. Leur gendre s’occupe aussi des finances. « Ce n’est pas une charge. Ça donne un élan extraordinaire, cela évite de tourner en rond, une des vertus de l’empathie. Tout est affaire de rencontre dans la vie !  » conclut celle que les enfants de Tara appellent leur grand-mère française. En Hindi, Tara veut dire étoile…

Marie-Hélène Cossé

PARRAINER UN ENFANT (de €10 à €60 par mois déductibles fiscalement)

©Tara India - Mid&Plustara@onyva.in

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.