Muriel Hermine, le retour

2

La grâce alliée à l’apesanteur, la beauté des costumes, l’harmonie parfaite et la coordination sans faille. Mais comment font-elles pour sortir toutes de l’eau au même moment, avec le sourire et sans avoir bu la tasse. Bien sûr, il y avait les films d’Esther Williams mais ça, c’était avant ! Quelle jeune fille de notre génération n’a pas rêvé devant les évolutions si élégantes de ces naïades en bassin et de l’une d’elles en particulier : un nom si doux, un si beau sourire, un visage qui respire tout à la fois, la volonté, l’énergie et la joie de vivre, Muriel Hermine.

Toute son enfance elle a rêvé de devenir petit rat de l’Opéra mais une croissance trop rapide met fin à son rêve. À 11 ans, le verdict tombe : trop grande pour entrer au Palais Garnier. Qu’à cela ne tienne, elle allie ses deux passions d’enfant : l’eau et la danse. Et tout s’enchaîne : inscription au club de natation, première victoire à une compétition départementale à 12 ans, entrée en équipe de France à 14 ans. Et c’est parti pour des années de victoire en victoire, un palmarès éblouissant jusqu’aux Jeux Olympiques de Séoul en 1988.

© Site Muriel Hermine-MIDETPLUSMais lorsque la compétition cesse, la vie continue et Muriel Hermine, femme aux multiples facettes s’épanouit : « De sportive de haut niveau, je suis devenue artiste et chef d’entreprise, engagée dans l’humanitaire, conférencière, auteure et maintenant coach en entreprise ».

Ses spectacles aquatiques et féériques sont créés dans de vraies salles ©Site Muriel Hermine-Midetplusde spectacle et éblouissent un nombreux public Son spectacle Freedom la conduit au Sénégal et sa rencontre avec l’Afrique l’amène à créer l’ONG J’ai un rêve. L’association, qu’elle dirige depuis 10 ans y conçoit des programmes pédagogiques et supervise des chantiers de construction. Le Prix de la Femme Dynamisante Clarins vient couronner son action en 2008.

©Site Muriel Hermine-MidetplusSes reconversions sont liées les unes aux autres et suivent une ligne directrice : « Je ne veux pas m’enfermer dans un univers, je veux rester ouverte aux opportunités qui se présentent, regarder si elles ont du sens et si elles peuvent m’enrichir, me challenger, me faire grandir ».

Muriel Hermine fonctionne à l’instinct et à l’envie. Envie de transmettre, à travers ses conférences. Sa devise : « La réussite d’un champion dépend à 70% de son mental ». Envie d’accompagner, grâce à sa certification de coach en entreprise : « Le plus important n’est pas le but à atteindre, mais le chemin parcouru ». Envie de se réaliser, c’est pourquoi elle réfléchit toujours sur ce qui l’anime, la motive, donne du sens à sa vie. Puis elle cherche le projet qui peut combler ses attentes, et elle se lance.

Et aujourd’hui, son nouveau challenge, de taille, c’est le retour à la compétition : « J’ai décidé de©Page FaceBook Muriel Hermine-Midetplus réemprunter les sentiers de la compétition mondiale pour prouver que commence, à partir de 40/50 ans, une nouvelle vie dans laquelle l’épanouissement de la personne et les fondamentaux de performance et de dépassement de soi trouvent toujours leur place. Mon but est de permettre aux gens de transposer dans leur quotidien, les éléments que j’applique pour y parvenir. Je veux donner envie de regarder vers l’avenir, avec courage et détermination, et de se mettre en action ». Ainsi, cette Mid s’entraîne avec deux objectifs. Celui, bien sûr, de gagner le titre mondial cet été aux Championnats du Monde Master en Russie mais aussi celui « d’ouvrir une fenêtre d’espoir et de positivité dans l’esprit du public en posant des actions concrètes qui démontrent la nécessité de préserver son capital santé, d’aligner nos pensées avec nos paroles et nos actes et de gérer les priorités ».

Suivons-là, supportons-là. Elle véhicule nos valeurs de positivité et de créativité.

Agnès Brunel-Averseng

Site Muriel Hermine

Merci à Muriel Hermine d’avoir pris le temps de répondre à l’interview de Mid&Plus.

1. Bien passé le cap Mid&Plus ? Oui, très bien.
2. Le qualificatif majeur selon vous pour définir une femme Mid&Plus ? La femme qui se sent en paix avec elle-même car elle a accepté ses forces et ses faiblesses.
3. Comment appréhendez-vous le temps qui passe ? Chaque jour est une chance supplémentaire de se découvrir et d’entreprendre tout ce que nous avons envie de faire.
4. Un conseil à donner à celles qui n’y sont pas encore ? Aimer son âge, le respecter et en prendre soin.
5. Quel a été l’élément déclencheur de votre nouveau projet ?
L’envie de prouver qu’à 50 ans, une femme peut encore réaliser de grandes choses et mettre au cœur de son projet, son épanouissement personnel.
6. Avez-vous dû renoncer à des projets dans votre vie à cause de votre statut de femme ? Non jamais. Quand mon côté féminin ne convenait pas aux circonstances, j’utilisais mon côté masculin pour arriver à mes fins.
7. Quels sont vos trucs, astuces, petits moteurs au quotidien pour vivre une journée positive ? Je fais au moins une action dans la journée dont je veux être fière en me couchant le soir. Pas forcément de grands trucs. Des petits services, sourire à une personne que je sens triste, même si je ne la connais pas. Important : ne rien attendre en retour. Le faire juste pour apprendre à aimer la vie et à s’aimer soi-même
8. Aujourd’hui quelles sont vos priorités ? (Hiérarchie de 1+ à 5 : Vous-Le couple- La famille- Le job- Les amis) Mes enfants. Uniquement mes enfants ! Ensuite je gère les priorités en fonction des évènements. Il n’y a pas de hiérarchie établie car tout est toujours en mouvement.
9. Quelle discipline de vie pour entretenir votre forme physique et mentale ? 3h d’entrainement par jour (mais parce qu’il y a les Mondiaux de Kazan dans un mois !). Je prends soin de mon capital santé, je me fais suivre par un acupuncteur et j’écoute de plus en plus mes besoins physiologiques.
10. Avez-vous un rituel au quotidien ? Non.
11. Votre tenue vestimentaire idéale ? Jeans et Converse.
12. Pour quelle cause vous engageriez-vous aujourd’hui ? Celle pour laquelle j’œuvre déjà depuis 12 ans = les enfants en situation de fragilité scolaire, familiale.
13. Si vous pensez à votre mère, à vos grands-mères, quelle femme de votre époque êtes-vous ? Je pense être une femme qui vit les pieds son époque, en quête perpétuelle d’équilibre entre le désir d’être parfaite et celui d’accepter l’idée que je ne le suis pas et que c’est là toute ma richesse.
14. Quelles sont les valeurs, les idées que vous souhaiteriez transmettre ? j’aime l’idée d’être là pour faire l’expérience de mon humanité, de trouver l’équilibre entre mental/physique/émotionnel, et d’avoir la conviction que si nous portons nos difficultés, nous portons aussi nos solutions.

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.