Valéry Guyot-Sionnest, l’hommage à la vie

0

Nous déployons tous beaucoup d’énergie à essayer de contrôler tous les instants de notre vie et pour autant il est rare que l’on se donne le temps de réfléchir à l’organisation de ses propres obsèques ou celles de ses proches : Valéry Guyot-Sionnest imagine des démarches et des solutions nouvelles pour élaborer l’hommage à la vie et accompagner les familles le moment venu.

Une croqueuse de vie croque-mort. Nous sommes bien loin du sinistre croque-mort qui nous terrifiait pendant notre enfance dans les bandes de©Lucky Lukessinées de Lucky Luke… En effet, Valéry Guyot-Sionnest, belle silhouette élancée, élégante et blonde, m’accueille dans son espace de la rue de la Pompe. On se croirait plutôt dans une salle d’attente feutrée d’une maison de couture ou d’une consultante que dans celle d’une… entrepreneuse de pompes funèbres. Celle qui à 24 ans, au sortir d’une cérémonie d’enterrement qui l’avait profondément déçue, écrivait déjà le scénario de sa dernière cérémonie a monté il y a un an une société de services funéraires d’excellence : AlteRriva.

Organiser. Après un parcours dans la communication et le luxe, avoir organisé pendant la première partie de sa carrière les événements de la vie des autres, pourquoi ne pas choisir d’organiser « l’Événement ultime », celui dont personne à priori ne souhaite s’occuper… Valéry Guyot-Sionnest revendique la dignité funéraire : le dernier moment ne doit pas être escamoté, il peut même être adapté, harmonieux, voire pour certains qui le souhaitent raffiné.

Pourquoi ? Harold et MaudeLes pompes funèbres sont devenues un service de consommation comme un autre et sont passées d’un secteur traditionnel et vieillissant à une activité qui doit s’adapter aux nouvelles technologies et répondre aux demandes exigeantes des familles. Tout est personnalisable et il faut faire preuve chaque jour de plus de flexibilité. C’est ce que propose AlteRriva : un service d’excellence personnalisé avec de l’humanité, des hommages sur mesure et non pas des paroles ânonnées… Bien souvent, les proches sont en état de choc et n’ont pas envie de gérer ce moment-là. Parfois mêmeHarold et Maude divisés, ils n’ont pas toujours un comportement rationnel et ont souvent des préjugés sur ce qui va se passer : qui connait le parcours funéraire avant d’y être confronté ? Tout y est très codifié, légiféré, il y a des étapes et les six jours du délai légal pour tout faire ! Sans compter que les mots employés lors du processus funéraire sont bien souvent anxiogènes et répulsifs. Chaque famille venant consulter a une histoire qu’il convient d’écouter et de respecter. Il faut rassurer, expliquer, alléger, accompagner, entourer, sans être pour autant sinistre.

Le plus ? Valéry Guyot-Sionnest offre un service personnalisé aux familles qu’elle ne quitte pas pendant toute la durée du parcours funéraire : c’est du 24h/24 et du 7j/7. En région parisienne ou en province, en Europe ou dans le monde. Tout est faisable, même les demandes les plus difficiles ou originales.

Et pour soi-même ? AlteRriva propose d’exprimer de son vivant ses propres souhaits et d’aborder différemment la réalisation de ce moment personnel : qui mieux que moi-même peut préparer mon dernier hommage, n’est-on pas celui qui se connait le mieux ? On ne gère pas sa naissance, alors pourquoi ne pas essayer de gérer sa mort ? Un contrat d’obsèques ayant une valeur testamentaire, les proches à votre décès se doivent donc de respecter vos volontés. « On ne me donnera pas des qualités que je n’ai pas ! » plaisante Philippe Bouvard.

Le métier. C’est une profession très réglementée : une habilitation personnelle doit être délivrée par la Préfecture de Police de Paris. Depuis 2013, il est même nécessaire d’être titulaire d’un diplôme délivré suite à ECH21805089_1un examen auquel s’ajoute une formation spécifique pour ceux qui souhaitent exercer en tant que dirigeants ou gestionnaires. Quelles qualités faut-il ? De la créativité, dominer son métier, savoir organiser.  » Ce n’est pas un métier qu’on peut faire à 20 ou à 30 ans. On manquerait de crédibilité et une personne plus âgée est réconfortante  » nous explique l’entrepreneuse.

Pourquoi ne pas envisager une autre approche de notre dernier voyage ou de celui de ceux qu’on aime ? C’est ce que propose Valéry Guyot-Sionnest qui réinvente au féminin un métier en essayant de faire de ces instants douloureux ce qu’ils devraient toujours être finalement : un hommage à la vie !

Marie-Hélène Cossé

©AlteRrivaAlteRriva 78, rue de la Pompe, 75016 Paris, tél. 01-45-05-90-00 v.guyotsionnest@alterriva.eu

 

 

 

 

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.