La saison des séries

0

Une Mid peut-elle être aussi victime du binge watching ? Interrogez vos amies et  vous verrez qu’il n’y a pas que les ados qui s’empiffrent de séries de façon compulsive. Le public féminin y vient doucement et les thématiques abordées dans certaines récentes créations devraient les séduire. Et puis, aux manettes des scénarios,  derrière la caméra on y découvre de plus en plus de femmes.

Deux séries venues d’ailleurs

©Arte-Top of the Lake 2– Top of the Lake 2 – China Girl – Il a fallu 4 ans d’attente aux accros de la série signée Jane Campion pour retrouver enfin Robin Griffin (Elisabeth Moss – Mad Men- À la Maison Blanche – La servante écarlate). Changement de ton et de décor, retour à la civilisation en Australie à la verticalité de Sydney. La détective tourmentée enquête cette fois-ci sur le meurtre d’une jeune asiatique et se retrouve confrontée à un réseau de prostitution. Ici, elle est accompagnée des services et du mètre 93 de Miranda (Gwendoline Christie – Game of Thrones). Cette enquête la renvoie, comme lors de  la série 1, vers ses propres démons. La maternité  au cœur scénario est abordée par différents biais. Aucun homme n’est paraît-il épargné… Nicole Kidman crinière bouclée grise en mère adoptive est méconnaissable et comme d’habitude là où on ne l’attend pas. Arte : Les jeudis du 7 au 21 décembre à 20h55 – Live et replay pendant 7 jours.

© Netflix-Alias Grace-Captive– Alias GraceCaptive à voir sur Netflix. Pour celles qui n’ont pas eu peur d’affronter la série glaçante La Servante écarlate (The Handmaid’s Tale) visible sur OCS, retrouvez l’univers de Margaret Atwood dans cette mini-série canado-américaine inspirée d’un fait historique sis au 19e siècle. Une jeune immigrante irlandaise Grace (Sarah Gadon) arrivée au Canada comme domestique est accusée du meurtre de ses employeurs. Devenue amnésique, elle est Interrogée par un médecin psychiatre, le Docteur Jordan. Au gré de ses révélations, l’opinion publique de l’époque comme le spectateur, sont ballotés entre empathie et soupçon, déstabilisés par l’ambiguïté du personnage : victime ou manipulatrice ?

Et les créations françaises ?

Entre humour et sujets sociétaux, les créateurs français et en particulier des femmes réalisatrices s’essaient au genre mais plutôt sur des formats courts.

– Paris Etc. : une création originale réalisée par Zabou Breitman. Cinq femmes et Paris. Cinq façons d’être, de pleurer, de hurler de rire, de rater le bus, de serrer les dents, de jouir, de ne pas jouir, de boire trop, de grandir, de résister, de faire un enfant ou pas, de ne pas vouloir rentrer chez soi… Cinq façons d’aimer. Canal +, 12 épisodes de 30 mn le lundi soir à partir du 27 novembre.
©Canal+ Paris etc

– On va s’aimer un peu, beaucoup… dépeint les tribulations d’une mère et d’une fille, avocates à Lyon dont le cabinet est spécialisé dans le droit de la famille. Ophélia Kolb (Dix pour cent) a reçu le prix d’interprétation féminine au dernier Festival Séries Mania pour son rôle. France  2, 8 épisodes de 52 minutes, le mercredi à 20h55, à partir du 29 novembre.

©10POUR CENT

– Dix pour cent  : Il faudra être patiente et attendre septembre 2018 pour la diffusion de la saison 3 de cette hilarante série sur le monde des agents-comédiens créée par Fanny Herrero. Trop long ! France 2.
– Aurore Deux enfants sur une scène de crime. Le temps passe… Une histoire de violence et d’innocence, de culpabilité et de vengeance réalisée par Laetitia Masson avec un casting prestigieux (Élodie Bouchez, Lolita Chammah, Hélène Fillières, Aurore Clément, Anna Mouglalis). Arte, 3 épisodes de 52 mn, date non communiquée.
– Louise : TF1 avait testé au printemps dernier deux épisodes de cette fiction mettant en scène un papa transgenre incarné par Claire Nebout. Une suite serait au programme…

En direct, en replay, en streaming ou en DVD, plus de honte donc à rester lovée dans son canapé lors d’une soirée hivernale, le week-end, pour rire, pleurer ou frissonner ! À regarder impérativement en VO pour les séries anglo-saxonnes, c’est bon aussi pour nos neurones !

Christine Fleurot

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.