Maison & Objet : Precious

0

Après le « Make » de l’édition de janvier, les 20 ans de M&O se clôturent par le « Precious » de l’automne. Qu’est-ce qui a de la valeur aujourd’hui ? Vers quoi va le luxe ? Chaque saison, l’Observatoire de M&O s’interroge sur les nouveaux comportements de consommation pour définir le Cahier d’Inspirations du Salon.

En cette rentrée, les artistes, les artisans et les designers revisitent les codes du faste. Les expressions du précieux sont multiples. Évidemment, il évoque « les pierres taillées, les sertis mystérieux, la sublimation des matières par le génie de l’homme. Il est souvent associé à l’or, aux miroirs et aux ornements » nous précise Élisabeth Leriche, membre de l’Observatoire. Mais, il est aussi dans la précision du savoir-faire, la rareté. La tendance du précieux dans l’univers de la maison revisite les arts décoratifs et marque un retour à l’inspiration des XVIe et XVIIe siècles. De nombreux designers travaillent des matières minérales et lourdes en les associant à des matériaux précieux. On évolue du côté brut de la nature vers une nature transcendée, plus sophistiquée : la table basse de Based upon associant pierre et or, le papier peint représentant des photos prises de l’espace de BCSXC et Calico Wall Paper.

L’artisanat d’art est incontournable. L’or fait son grand retour mais avec subtilité, fragilité. Plus question de bling-bling. Les tapisseries revisitées sont très tendance. Portez votre regard vers les tissus « passés » à l’or, de la colombienne Olga de Amaral. Magique. L’art ancestral japonais, le Kintsugi, sublime les objets brisés ordinaires en céramique en les réparant avec une laque saupoudrée de poudre d’or. L’artiste Lionel Esteve pare les murs de végétaux dorés à la feuille d’or (« a Wander ») avec poésie et délicatesse. Autre aspect de la nature sublimée, la féérie botanique mise en scène par teamLab (vidéo) : 2300 fleurs suspendues flottent dans une bulle d’une blancheur éclatante. Les fleurs poussent chaque jour et forment un dôme qui s’élève à l’approche du spectateur puis redescend. Nous faisons incontestablement partie de la nature par ce lien délicat.

Ce n’est pas Dorothée Meilichzon, sacrée créatrice de l’année, qui démentira « l’incontournabilité » de l’artisanat dans la décoration et le design. En 2009, à tout juste 27 ans, elle fonde son propre cabinet de création (Agence CHZON) et travaille autant que possible avec les artisans qui lui permettent de créer des décors uniques et intemporels dans les hôtels et restaurants qu’elle revisite. Sur le salon M&O, elle crée une scénographie spectaculaire et intimiste pour le café ELLE Décoration.
IMG_2516

Enfin, un clin d’œil/coup de cœur où l’art rejoint encore et toujours la décoration : les derniers skates bluffants de « The Skate Room » griffés Paul McCarthy.

Décidément, tous les supports engendrent la création. L’art et le design sont interactifs.

Agnès Brunel-Averseng

 

Now ! le Off, défricheur de la jeune création avait pris position sur les quais de Seine aux Docks,  Cité de la Mode et du Design. Fonctionnalité, poésie, humour, écologie dominaient dans ces 300 projets, promesses signées par une génération montante de designers pleine de vitalité. Sélection d’objets qui ont tapé dans l’œil de Mid&Plus.
Christine Fleurot

 

 

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.