Que pensent les hommes de nous ?

0

Les hommes lisent Mid&Plus avec bienveillance, même s’ils n’y trouvent pas forcément les sujets qu’ils cherchent. En effet, assurer qu’ils ont les mêmes centres d’intérêts que les femmes équivaudrait à un énorme poisson d’avril. C’est ce qui ressort après avoir assisté à une petite réunion « pour respirer entre hommes » et interrogé un panel masculin.

Sexisme des pubs (mais plus des pubs…). De nos jours on ne sait pas quel sexe DR est le plus tourné en ridicule par les publicités. L’une d’entre elles filme une vieille femme choisissant un jeune homme, comme au supermarché. Une autre demande comment on se bat, comment on court, comment on lance quelque chose … au féminin. On y voit que chez les adultes le sexisme est présent. Chez les jeunes, la différence entre les deux sexes s’estompe, bien qu’une notion péjorative reste perçue par les enfants. À l’inverse les pubs anglais, très fermés jadis, s’ouvrent plus volontiers aux femmes, du moins à Londres. « Pour les Allemands d’autrefois les femmes devaient se limiter aux 3 K, Kinder (enfants), Küche (la cuisine) et Kirche (l’église) précise Robert. Il semblerait pourtant que les choses changent. « Si les clubs ou les associations féminines sont l’objet de persiflages à l’occasion, personne n’irait se moquer du jury du Prix Fémina… »

La génération Mid. Les 45 ans ne voient pas que notre site est réservé aux femmes, sachant que leur point de vue peut égaleme@Grazia-nt intéresser les hommes. Les Mids au masculin partagent les tâches ménagères jadis réservées aux femmes. Ces derniers semblent pourtant intéressés par le sexe, sans toujours l’assumer (sortir entre hommes sans être accusés de draguer…). Côté ville David propose d’intéresser les hétérosexuels : « Je ne dis pas qu’il faudrait publier des photos érotiques… Mais pourquoi pas une rubrique : « apprenez à faire plaisir aux femmes de plus de 40 ans… parole de femme ! »  Mid&Plus lui paraît clair, facile à lire avec des transitions nettes. Côté campagne, Sébastien, en vrai papa poule, confirme que « les femmes aiment parler habits, famille, amour alors que les garçons sont plus bourrus ».

Génération Plus. Quand on demande à Robert si notre site s’adresse à des intellectuelles, il répond : « Peu m’importe si la revue doit s’adresser en priorité aux blondes ou aux brunes, il y a belle lurette que l’Oréal a conquis toutes les salles de bains ». Mais plus sérieusement il pense que statistiquement le pourcentage de femmes « géniales » devrait être identique chez les « tourtes » – blondes et brunes. De son côté un autre David parle de ses espoirs, de ses vacances, de sa famille quand il est entre hommes, exactement des mêmes sujets qu’avec les femmes.

De quoi parlent les hommes entre eux ? Jacques réunit des copains quand sa femme est absente. L’occasion d’exercer ses talents culinaires et de respirer différemment. Aujourd’hui la conversation des six convives qui manient volontiers l’humour tourne notamment autour des nouveaux compteurs EDF, du degré d’alcoolémie des nordiques, de celui de nos femmes et de nos hommes politiques, de la façon de prononcer les mots en Languedoc. Philippe confie qu’il a récemment été bluffé par les tatouages d’une thérapeute. Puis il est question de géologie et de vulcanologie. Et d’Honorine, la chaisière ou sacristine de Sainte-Ursule, ainsi que des quatre saints de l’église, des clochers en bois d’autres églises et des termites qui investissent les essences étrangères. En ma présence, la conversation se déroule comme à l’accoutumée, confirme Robert.

Ainsi entre hommes on se soucie toujours des femmes. De nos jours, celles-ci travaillent, ont des métiers poisson avrilaussi durs que ceux des hommes. Il y a dans tous les secteurs d’activités, des intellectuelles, des suffragettes, des manuelles, des poètes ou des scientifiques… Et quand elles sont entre elles, dire que ces femmes brillantes n’abordent jamais de sujets futiles, ne soufflent pas un mot du dernier autocuiseur, de leur prochaine cure amincissante ou de tout autre sujet dit « typiquement féminin », quand elles ne parlent pas de leurs enfants, serait un Poisson d’avril !

Isabelle Brisson
Mid&SudOuest

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.