Violence faite aux femmes

0

Au fil de mes expatriations, j’ai rencontré des victimes de violence conjugale. Un dernier événement m’incite à en parler, c’est ma façon de rendre hommage à toutes ces familles brisées. 

Fin janvier une Française, qui avait quitté la Grande-Bretagne, a été tuée par l’homme dont elle était séparée. Ce dernier s’est suicidé peu après. Deux enfants de 11 et 16 ans restent orphelins. Point d’orgue d’une relation violente ou drame de la séparation ? Je ne le sais. Mais cet événement me fait aussi penser à l’histoire qu’a vécu une amie de Bruxelles dont le père, ultra-violent avec son épouse, a fini par se suicider. Une de mes voisine dans cette ville se faisait régulièrement battre et humilier par son mari.

Cela n’arrive pas qu’aux autres : vos sœurs, vos tantes, vos amies sont peut-être victimes de violence conjugale et vous ne le savez pas, ou bien vous avez un doute mais n’osez pas leur en parler. Elles-mêmes ne veulent peut-être pas le dire car elles ont peur d’être mal jugées, incomprises, rejetées.

La violence conjugale existe partout et dans tous les milieux y compris les mieux « éduqués ». Dans les cas qui nous occupent les hommes étaient banquier, professeur, notaire.

Quelques constantes:
 Les violences commencent souvent après la première ou la deuxième grossesse.
 Il ne s’agit pas uniquement d’atteintes physiques (parfois même il n’y en a pas) mais d’un mélange de différentes violences: psychologiques (humiliation, reproches, dénigrement, mépris), verbales, économiques (chantage économique, interdiction de trouver un travail), administratives  (confiscation de papiers) et sexuelles.
 Beaucoup de femmes ont été mises en situation de grande dépendance financière.
 Les victimes culpabilisent et ont honte de parler (c’est pourtant bien l’agresseur qui devrait être honteux !)
 Le partenaire demande pardon, jure qu’il ne le fera plus, que vous êtes l’amour de sa vie et vous le croyez… jusqu’à la prochaine fois. Un homme qui frappe et humilie n’est pas un homme aimant mais un grand déséquilibré, souvent un pervers narcissique. S’il veut se soigner, il existe des services spécialisés mais VOUS ne pouvez pas le guérir et la seule solution est la fuite. 

Les conséquences de la violence conjugale sont dramatiques : dépression, boulimie, anorexie, alcoolisme, tentatives de suicide, traumatismes des enfants parfois sur plusieurs générations.

Si vous êtes victime, trouvez quelqu’un à qui parler. Si ce n’est pour vous, faites-le pour vos enfants ! Cette personne cherchera des ressources pour vous aider. Si cela est possible, un départ se prépare. Dans tous les cas, ne restez pas seule, sachez quoi faire en cas d’urgence et ne baissez pas la garde une fois partie.

Et vous amies, famille, soyez attentives aux petits signes, en voici quelques-uns.
Votre amie :
 Ne contredit jamais son partenaire en public.
 Lui téléphone très souvent pour dire avec qui elle est et ce qu’elle fait.
 Parle d’un conjoint possessif.
 A souvent des accidents.
 Est souvent absente, a arrêté de travailler, vit en milieu isolé, annule ses rendez-vous au dernier moment.
 Adore manches longues et pantalons en été, n’aime plus nager.

Mieux vaut se mêler des affaires d’autrui, tendre la main quitte à essuyer une rebuffade que de ne rien faire : la personne sait que la porte est ouverte. Elle vous fera peut être signe à un moment où vous ne vous y attendrez pas.

Isabelle Haynes
Mid&Londres

À qui s’adresser ?
En France :  Solidarité Femmes Tél : 3919 Test sur la violence conjugale à partager
– En Grande-Bretagne : Hotline : 1-800-799-SAFE. Domestic shelters

Voir vidéo 

 

 

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.