Parfums d’enfance

0

En ces vacances de printemps (mais oui nous y sommes !), ça sent bon le pop-corn et la fraise Tagada dans les salles obscures : les films pour enfants et comme on dit « tout public » pullulent comme une éruption de varicelle juvénile ! Les réalisateurs se sont particulièrement inspirés de nos contes d’enfance. Avec tout d’abord, la version très réaliste du Livre de la Jungle, où Mowgli se retrouve, seul acteur, dans un live-action movie. Puis, Le chasseur et la Reine des glaces, où loin de la magie des Frères Grimm, on plonge dans un Amour, Gloire et Beauté version Fantasy. Et enfin, retour nostalgique sur les étagères de la Bibliothèque rose, avec Les Malheurs de Sophie, histoire signée de notre très moralisatrice Comtesse de Ségur, dans laquelle Madame Fichini, au nom qui claque comme son fouet, y corrige notre jeune héroïne en quête d’expériences et d’aventures. Alors, ce n’est jamais l’envie de donner quelques fessées qui nous manque (mais ça c’était la semaine dernière…)  aujourd’hui c’est plutôt  ambiance Distribution des prix :
– Un bon point pour l’initiative de L’Unicef chargée d’interpeller le monde sur les enfants migrants victimes de la guerre. Le visage virtuel de la jeune Sofia a été conçu en 3D à partir de 500 photos de jeunes réfugiés.
– Une image pour l’application-bracelet Beawarn qui passe en mode alerte pour prévenir les parents de l’éloignement de l’enfant et de sa sortie de sa zone de sécurité.
– Tableau d’honneur pour la très jolie et sensible exposition L’Art et l’enfant au Musée Marmottan, à voir en famille.
– Une médaille pour le Livret des Parents adressé depuis avril à tous les couples qui attendent leur premier enfant qui, outre les informations relatives aux prestations sociales et médicales, recèle une mise en garde concernant les châtiments corporels. « Frapper un enfant (fessée, gifles, tapes, gestes brutaux) n’a aucune vertu éducative. Les punitions corporelles et les phrases qui humilient n’apprennent pas à l’enfant à ne plus recommencer mais génèrent un stress et peuvent avoir des conséquences sur son développement ».

De quoi hérisser les bonnets de dentelle de la Comtesse née Rostopchine et de la Mère Mac’Miche !

Christine Fleurot

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.