« France Gall a rejoint le Paradis blanc le 7 janvier, après avoir défié depuis deux ans, avec discrétion et dignité, la récidive de son cancer. » Hospitalisée depuis la mi-décembre, France n’a pas été seulement la délicieuse chanteuse yéyé des années 1960 et la merveilleuse muse et interprète de Michel Berger, elle a surtout été un modèle de courage, d’optimisme et de résilience dans une existence qui ne l’aura pas épargnée… France perd de façon tragique et brutale celui avec lequel elle a partagé sa vie pendant 20 ans, avant d’être frappée l’année suivante par un cancer du sein puis cinq ans après par la disparition de sa fille. Elle dira : « J’ai tout de suite voulu être la maman qui réussit le mieux au monde à survivre et à intégrer d’avoir perdu un enfant, parce que sinon on est foutu. Ma manière de penser ça a été : c’est extraordinaire de l’avoir connue pendant 19 ans. C’est comme ça que j’ai aussi tout de suite pensé après la mort de Michel : quelle chance de l’avoir connu ! » France a suivi l’étoile de son berger.

Marie-Hélène Cossé

Mes années France Gall

Après le succès phénoménal de Sacré Charlemagne en 1963 écrit par son père pour ses 16 ans, France remporte l’Eurovision en 1965 avec Poupée de cire, poupée de son écrit par Serge Gainsbourg, avant de connaître le succès avec les scandaleuses Sucettes de Serge en 1966. Puis sa carrière piétine jusqu’à sa rencontre en 1973 avec Michel Berger qui la relance avec la Déclaration d’amour en 1974. En 1979, Besoin d’amour et l’opéra-rock Starmania. Entre 1980 et 1985, France enchaîne les succès. Je cours l’écouter au Zénith de Paris en 1984 où elle chante Si maman siCe soir je ne dors pas, Viens je t’emmèneDiego libre dans sa têteIl jouait du piano deboutTout pour la musiqueDébranche, Résiste. Puis viennent Babacar, Ella Elle la, EvidemmentOn l’écoute encore une fois à Bercy en 1993 avant qu’elle ne raccroche en 1997. Elle apparaît une dernière fois dans la comédie musicale Résiste en hommage à Michel Berger que je vais écouter au Palais des Sports le 13 novembre 2015 quand d’autres sont au Bataclan… 

« Elle a ce tout petit supplément d’âme, cet indéfinissable charme, cette petite flamme… »
©France Gall Zenith 1984 - Mid&Plus
Retrouvez ici les plus beaux témoignages Instagram

VOUS AIMEREZ AUSSI

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.