Fraternité oubliée ?

0

Un an après les attentats de Paris, plusieurs initiatives tentent de réanimer une des valeurs qui figure dans la trilogie de notre devise nationale oubliée ou souvent négligée : la Fraternité.

Fraternité générale a initié pendant toute une semaine -jusqu’à aujourd’hui- de nombreuses actions à travers toute la France : terrasses musicales, art urbain, débats et repas fraternels et diffusion d’une série de clips sur de nombreux médias. Au regard des ambassadeurs et des sociétés qui soutiennent ce mouvement et des retombées médiatiques, l’impulsion est là et l’idée « prend ».

– Le Parisien Dimanche, lui, a consacré son édition (10 pages)  à l’appel des 100 à la Fraternité où responsables associatifs, artistes, médecins ou sportifs, simples citoyens ou personnalités publiques exprimaient leurs idées pour tenter de retisser des liens dans une société fracturée.

Le Social Bar (25 Rue Villiot-75012) vient d’ouvrir ses portes. Un nouveau lieu de co-working le jour où tout a été conçu pour faciliter les rencontres dans un esprit de fête, d’inventivité et de solidarité, le soir. Un peu djeun pour les Mid certes, mais intéressant en tant que « laboratoire de convivialité à impact social ».

– Si vous n’êtes pas encore mûre pour l’action, lisez Nous n’avons pas fini de nous aimer signé Danielle Mérian (co-écrit avec Tania de Montaigne – Grasset). Souvenez vous de cette femme qui avec dignité et intelligence, lors d’un micro-trottoir, nous parlait de civilisation, de livres et d’amour et nous encourageait à se replonger dans Paris est une fête d’Hemingway au lendemain du 13 novembre 2015 ! Ancienne avocate, grand-mère moderne et engagée de longue date, elle préface aussi Paris sera toujours une fête, hommage littéraire à Paris (2€ Folio).

Utopie, naïveté diront certains dans leur fauteuil… Au-delà de toute considération religieuse ou politique, face à une société individualiste et égoïste, face aux manifestations de repli sur soi, en tant que citoyen lambda, il n’est ni incongru ni honteux de se poser des questions, d’agir à son niveau et d’essayer de redonner du sens et du souffle au mot Fraternité. « La liberté peut exister sans égalité, l’égalité sans liberté. (…) La fraternité est leur point d’intersection, la vertu qui les humanise et les harmonise » disait le poète mexicain Octavio Paz.

Christine Fleurot

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.