Mère parfaite ?

0

Il y a celles qui se flagellent : « Ai-je été une bonne mère ? »  et celles qui se la jouent  Madame Parfaite mais… rassurons-nous s’il existait un mode d’emploi pour une éducation exemplaire cela serait un best-seller. L’image et le rôle de mère ont joué au yoyo à travers les siècles. Au Moyen-Âge, il fallait choisir, paraît-il, entre être une bonne mère ou une bonne fille (Slate). Autre époque, autre critère. Mids, nous sommes de cette génération pour laquelle, nombreuses, le poids de notre propre enfance, le patriarcat ont sérieusement plombé nos ailes maternelles. Biberonnées à Françoise Dolto, on a essayé de faire au mieux et de jongler entre perso, boulot, marmots. Au « moi d’abord » revendiqué par les femmes dans les années 1970 et 1980, s’est substitué « mon bébé d’abord » explique Élisabeth Badinter¹. Actuellement, la course à l’excellence parentale atteint son paroxysme avec les people, les politiques pour le meilleur et… pour le pire de leur progéniture. L’écrivain Cécile David-Weill² appelle cette tendance inquiétante, le parenting. Certains instrumentalisant leurs enfants, d’autres les exposant. Dans quelle famille je choisis la mère : chez les Kardashian, les Depp-Paradis ? Des blogs et comptes Instagram de « supermamans », où chaque détail doit apparaitre comme nickel, sont aussi le reflet de cette nouvelle tyrannie : mon bébé ! Si tu ne publies pas de photo de lui pendant deux jours, la sphère s’affole, si tu n’as pas de site : c’est qu’il est moche ! Sans se soucier qu’il y ait des femmes, qui par choix ou pour des raisons médicales n’ont pas d’enfant, et qu’il y en ait de différents. Rendez-vous donc dans 20 ans ! Cécile David-Weill affirme qu’« Il n’y a pas besoin d’être un parent parfait pour faire œuvre éducative et qu’il est bel et bien possible d’avoir des rapports heureux et respectueux avec ses enfants ». Bonne nouvelle.

Christine Fleurot

¹Le Conflit : La femme et la mère d’Élisabeth Badinter (Flammarion, 2010).
²Parents sous influences
de Cécile David-Weill (Éditions Odile Jacob).

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.