Comment résister à l’événement culturel de l’automne à la Fondation Louis Vuitton ? 200 oeuvres majeures d’art moderne et contemporain appartenant au MoMA y sont réunies jusqu’au 5 mars prochain. Fondé en 1929 par trois femmes collectionneuses et mécènes¹ désireuses d’offrir aux New Yorkais et aux Américains l’art le plus avancé de leur époque, le célèbre musée américain affirme dès ses débuts une pluridisciplinarité qu’il n’abandonnera jamais : peintures, sculptures, photographie, architecture, objets de design, films, avec toujours « cette dimension internationale de l’art qui caractérise aujourd’hui plus que jamais notre monde global » (Bernard Arnault). On traverse les salles plus que jamais imprégné du sentiment que les nouvelles technologies nous amènent vers d’autres modes de création et de nouveaux défis. Sans oublier l’étourdissante installation sonore polyphonique de Janet Cardiff (The Forty-Part Motet, 2001) dans la dernière salle !

« L’art sert à se laver l’âme de la poussière de tous les jours. » (Pablo Picasso)

Human/Need/Desire de Bruce Nauman (1983) – Accumulation n°1 de Yahoi Kusama (1962) 

Marie-Hélène Cossé

¹Mary Quinn Sullivan, Lillie P. Bliss et Abby Aldrich Rockefeller.
²Il s’agit d’une restitution de chacune des 40 voix chantant le morceau Spem in alium de Thomas Tallis.

Être moderne : le MoMa à Paris, Fondation Louis Vuitton, 8 avenue du Mahatma Gandhi, Bois de Boulogne, 75116 Paris.

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.