Réparer les femmes

0

Cette année, la parité pour les Prix Nobel de la Paix ! Un même engagement et une même volonté pour venir au secours des femmes réduites en esclavage et promises à une vie de violences. En RDC, le Docteur Denis Mukwege choisit de combattre les enrôlements forcés des enfants, l’esclavage sexuel et le viol utilisé comme arme de guerre. En Irak, Nadia Murad se réveille sous les bruits des armes. Emmenée de force à Mossoul, elle sera vendue, revendue, violée et torturée. Elle parvient à échapper à ses bourreaux, traverse les lignes de front et se réfugie au Kurdistan irakien, bien décidée à devenir la porte-parole des femmes yézidis et rappeler au monde entier que des milliers d’entre elles sont encore en captivité. Mères de l’humanité, gardiennes de la culture et de la stabilité du tissu social, les femmes conservent la continuité des lignées grâce à la procréation, c’est donc à la source de la vie que les barbares s’attaquent et obligent l’ONU à renforcer la législation pour faire respecter les Droits des femmes dans le monde.

À notre échelle, nous avons choisi de faire chaque mois le portrait de « Pionnières » qui, chacune dans leur domaine, ont brillé par leur audace et leur courage pour s’affirmer, faire bouger les mentalités et dire au monde qu’il faudra dorénavant compter avec les femmes ! Nous commencerons cette série avec Artemisia Gentileschi, peintre de cour au XVIIème siècle à une époque où les femmes artistes ne sont pas acceptées, première à peindre des sujets historiques et religieux. On attribue à son viol et au procès humiliant qui s’ensuivit certains traits de son œuvre, obscurité et violence graphique…

Vicky Sommet

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.