Un monde plus lumineux

0

Quand l’une dit « C’est triste, il n’y a pas de solution », l’autre répond « La coexistence, c’est la vie, et moi, je veux vivre », des paroles prononcées avec fermeté pour abolir la violence dans les villes. D’Istanbul à Sarajevo, de Jérusalem à Paris 20ème, Jasna Samic, Sedef Ecer, Daniella Pinkstein et Danièle Hoffman-Rispal, femmes de lettres et de convictions, ont réfléchi à voix haute devant un public attentif à la question « Comment s’aimer ? » et fait le tour de la volonté d’installer un mieux vivre ensemble. Changer le passé n’est pas plausible, alors comment construire ensemble l’avenir des citoyens et des cités ? En éradiquant les discriminations dues à la diversité ethnique, cultuelle et culturelle et en prônant l’entente, le respect et la bienveillance. Une réflexion à mener au plus haut niveau avec les jeunes, les femmes, les politiques, les édiles et les éducateurs, pour retrouver les valeurs qui sont le ciment de l’entente entre les êtres. Utopie ou espoir raisonné, la route est semée d’embûches, mais si la parole se libère, l’audace d’y croire est encore possible ! Et comme les idées traversent les frontières, faisons confiance aux femmes pour affirmer que c’est possible de construire ensemble un monde plus lumineux… pour tous.

Vicky Sommet

©In Think - Mid&PlusLa Galerie Mémoire de l’Avenir a donné la parole le 25 octobre dernier –  In Think – à Danièle Rispal-Hoffmann, ancienne député de la 6ème circonscription de Paris, Sedef Ecer, auteure dramatique et metteuse en scène franco- turque, Jasna Samic, écrivaine bosniaque, poétesse et Daniella Pinkstein, écrivaine, philologue, spécialiste des minorités en Europe centrale, discussion animée par Vicky Sommet (Mid&Plus).

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.