Choisir ses croyances

0

Avez-vous déjà eu l’impression qu’une petite voix vous martelait dans votre tête : « Le changement c’est risqué », « Je ne suis pas fait pour réussir » ou « Je n’ai pas le droit à l’erreur » ? Si la réponse est non, alors inutile de lire plus avant… En revanche si cette impression suscite une émotion, du « déjà vu », alors ce billet peut vous parler.

Substituer ses croyances

Un point fondamental à garder en tête est que la relation que nous entretenons avec nous-même est déterminante dans notre façon de fonctionner. Dans tout projet de changement, nos croyances vont jouer un rôle essentiel. Comme dit une vieille maxime « Que l’on se croit capable ou incapable de faire quelque chose, on a toujours raison ». Si la petite musique qui trotte dans votre tête vous dit que vous n’y arriverez pas, et bien elle aura raison de vous et de votre projet ! Pourquoi ? Car ces croyances envoient à notre cerveau des messages qui vont inhiber votre capacité à réaliser votre projet.

Ces croyances que l’on appelle « croyances limitantes » sont des blocages, des freins, des empêcheurs d’avancer. Elles se sont forgées au cours de notre éducation, lors de nos expériences, de nos réussites ou de nos échecs, et nous les pensons vraies, tellement vraies que ces croyances dessinent notre vision du monde. La bonne nouvelle est que l’on peut substituer une croyance limitante par une croyance positive. Une croyance positive va envoyer des ordres positifs à notre cerveau. Si vous croyez en votre projet, vous vous mettez en position de le réaliser.

« J’observe et je reproduis »

Trois pistes qu’un coach sachant coacher peut vous aider à explorer :

♦ Utilisez le pouvoir de vos pensées et appliquez la bonne vieille méthode Coué en vous répétant une phrase positive ou votre croyance « inversée ». Ceci permettra de faire perdre du pouvoir à votre croyance limitante.

♦ Utilisez le pouvoir de vos émotions : fermez les yeux et visualiser ce qu’abandonner cette croyance va vous apporter. Écoutez-vous, accueillez les émotions qui émergent dans cette nouvelle posture, savourez.

♦ Enfin passez à l’action, faites « comme si ». Si votre croyance limitante est « je n’ai pas confiance en moi », alors marchez le dos droit, la tête haute. Ayez un « modèle de confiance en soi » en tête et imitez ses façons de faire. Mon modèle de confiance en soi est Michelle Obama. J’observe et je reproduis…

Vous l’aurez compris, une croyance est une pensée que l’on considère comme vraie. Je vous laisse méditer sur la pensée de Bouddha : « Nous sommes ce que nous pensons. Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées. Avec nos pensées nous bâtissons notre monde. »

Sylvie Marchal
Coach de vos projets
smarchal0309@gmail.com
Son site

L'article vous a plus ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.