Comment aider ses proches sans y laisser sa peau ?

0

Neuropsychologue en milieu hospitalier, Inge Cantegreil-Kallen a donné une conférence sur les aidants pour Regards de Femmes Londres. Mid&Plus y a assisté.

« Les aidants méritent d’être mis en lumière ! Ce sont des acteurs de premier plan, ils sont précieux pour la société, mais ils ne sont pas reconnus. Bien souvent, ils ne savent même pas qu’ils sont aidants… ». Selon l’Association française des aidants, il y aurait aujourd’hui en France entre 8 et 11 millions de personnes qui s’occupent d’un parent, conjoint, enfant, ami ou malade. 50% des « aidants familiaux » et « proches aidants » assument la charge d’une personne âgée de plus de 60 ans ; 58% sont des femmes et 48% des conjoints.

Les aidants sont des héros invisibles !

« Lorsqu’une personne s’attache à accompagner un proche atteint de perte d’autonomie ou de handicap, cela peut devenir un très grand facteur de stress. La bonne volonté peut s’épuiser, et la personne aussi »… Comment se protéger, comment conserver son énergie ?

L’aidant est la personne qui a une relation d’aide régulière avec son proche pour assurer les activités de la vie quotidienne. L’aidant exerce plusieurs métiers sans y être préparé et il a tendance à se substituer au professionnel, notamment pour les soins de toilette et les situations d’urgence, le soir ou le week-end. « L’aidant se rend compte tard des obstacles qui vont lui arriver : épuisement psychique, avec du stress, de la fatigue, et épuisement physique, avec des problèmes de sommeil, des maladies chroniques et un manque de suivi médical personnel. Il est alors temps de laisser la place, sans culpabilité, au professionnel. Le professionnel, lui, est un acteur de santé ; il a suivi une formation et perçoit une rémunération, il n’a pas de lien de parenté avec le malade et c’est lui qui est chargé des soins, de l’hygiène et des gestes techniques

 Oser demander de l’aide

 Aucune formation à la relation d’aide n’existe et l’on devient aidant, de façon non souhaitée, avec la personne aidée : « L’aidant se retrouve souvent isolé face à l’incompréhension de l’entourage et il doit faire face à la culpabilité s’il n’y arrive plus, à la honte et à l’embarras de sa situation d’aidant d’une personne malade ou en fin de vie. Notre société commence à prendre en compte cette problématique et à y apporter des réponses. La question qu’il faut poser est : qui va s’occuper de votre aidé si vous tombez malade ? »…

Inge Cantegreil-Kallen a écrit avec le Dr Janine-Sophie Giraudet un guide pratique à l’usage des aidants, qui peut se révéler également utile pour chacune de nous dans le cas où nous serions confrontées à une situation d’aide d’un proche malade ou victime d’un accident de vie.

Marie-Blanche Camps
Mid&British

©Guide des aidants Inge Cantegreil KallenComment aider ses proches sans y laisser sa peau – J.S. Giraudet-I.Cantegreil-Kallen  – Éditions Robert Laffont

L’Association française des aidants met en place tout un dispositif de soutien, notamment avec les « cafés des aidants » (il y en a 150 en France), à l’instar des cafés philo. Inge Cantegreil-Kallen a créé une consultation Fragilité le mercredi à l’Hôpital Broca pour un suivi médical et psychologique des aidants. Elle co-anime également une fois par mois avec Janine-Sophie Giraudet le Café des Aidants-Odéon à Paris.

– Dimanche 6 octobre 2019, la Journée nationale des aidants sera l’occasion de reconnaître ces anonymes qui accompagnent au quotidien un(e) proche malade ou handicapé(e).

Association française des aidants et Cafés des aidants
Association Regards de Femmes Londres
Journée nationale des aidants 2019

L'article vous a plus ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.