Coups de cœur d’été des bibliothécaires

0

La liste indispensable des titres à glisser dans vos bagages pour passer un bel été. Une sélection éclectique livrée par Florence et Béatrice de la Bibliothèque pour tous.


Les sœurs aux yeux bleus – Marie Sizun –  Arléa Éditions (Collection 1er Mille) – 387 p. – (2019) – €20
Après La gouvernante suédoise, Marie Sizun poursuit sa chronique familiale, passant du XIXe siècle au XXe siècle. Une histoire aux secrets pesants et aux nombreux rebondissements. Tout cela servi par une écriture romanesque.

Là où les chiens aboient par la queue – Estelle-Sarah Bulle – Édition Liana Levi Littérature française – 288 p. – (2018) – €19
Île, exil sont les thèmes traités dans ce premier roman. Nous sommes dans les années 60. Une famille choisit de quitter la Guadeloupe. Destination la Métropole. L’auteur nous narre le destin des membres de cette fratrie avec une grande délicatesse.

Le baiser – Sophie Brocas – Édition Julliard – 306 p. – (2019) – €20
Fil conducteur de ce roman, Le Baiser de Brancusi nous entraîne dans une intrigue menée tambour battant où le suspense est présent jusqu’à la fin. Très bien documenté et une réflexion sur l’art et la création instructive.

Ma dévotion – Julia Kernenon – Édition Le Rouergue – 304 p. – (2018) – €20
Ce livre – un monologue qui peut s’apparenter à une confession – d’une femme à un homme qu’elle aperçoit à Londres, une vingtaine d’année après leur séparation. L’héroïne revient sur  son passé. Une très belle histoire d’amour, écrite avec délicatesse, qui happe jusqu’au dernier mot. Il faut tout simplement se laisser entraîner.

– L’évangile selon Yong Sheng – Dai Sijie – Collection Blanche Gallimard – 438 p. – (2019) – €22
Après Balzac la Petite Tailleuse de Chine, véritable succès international, Dai Sijie signe un nouveau  roman tiré de la vie de son grand-père, un des premiers pasteurs chrétiens de Chine. L’auteur n’a rien perdu de son talent de conteur. Une écriture envoûtante qui décrit non seulement l’existence des Chinois mais aussi tous les événements qui ont traversé la Chine : l’occupation japonaise, l’avènement de la République populaire, les prémices de la Révolution culturelle. À ne pas manquer !

– L’Agent du chaos – Giancarlo de Cataldo – Éditions Métailié (bb italienne) – 313 p. – (2019) – €21
Naviguant entre réalité et fiction, espionnage, pouvoir invisible, manipulation, l’auteur, avec un sens du rythme, raconte les aventures d’un cambrioleur aux États-Unis, qui, pour échapper à la prison, accepte d’infiltrer les mouvements étudiants et les communautés contestataires pour diffuser des opiacés afin de les déstabiliser et les mener au chaos. Palpitant !

– Le Prix – Cyril Gely – Éditions Albin Michel – 224 p. – (2019) – €17
1946 Stockholm. Un homme futur prix Nobel de chimie pour ses travaux sur l’uranium molécule qui constitue la bombe atomique et une femme (son ancienne collègue) se retrouvent. Ce qui devait être une journée heureuse va se transformer en règlement de compte. Chacun égrène ses souvenirs, ses rancœurs. Un huit-clos glaçant et efficace ; une tension tragique qui va crescendo jusqu’à la fin. Basé sur des faits historiques – les personnages ont existé – ce face à face est efficace !

Personne n’a peur des gens qui sourient – Véronique Ovaldé – Flammarion – (2019) – 270 p. – €19
La tragédie de son enfance, les liaisons troubles qu’elle a avec ses protecteurs,  poussent une jeune femme à se réfugier en un lieu sauvage, pour mettre ses enfants à l’abri. Gloria est habitée par une colère et une ténacité inouïes, tout en faisant preuve d’un instinct maternel qui nous la rend très touchante.

Une femme à contre-jour – Gaëlle Josse – Notabilia (2019) – 160 p. – €14
Découverte par hasard, l’œuvre de la photographe Vivian Maïer, ne fut révélée au public qu’après sa mort dans l’anonymat le plus total. L’auteur va au plus près de la personnalité de cette femme effacée,  malgré les très rares témoignages glanés ici et là. Encore une belle réussite de Gaëlle Josse. Émouvant et sensible.

Magnifica – Maria Rosaria Valentini – Denoël – (2018) – 320 p. – €21
Ce roman se passe dans les Abruzzes, dans les années 50. Laissez- vous porter par la magie de ce roman, plein de poésie, de romantisme et de douceur. Une pause hors du temps, une délicatesse des sentiments. Un auteur plein de talent !

Le roi chocolat Thierry Montoriol – Éditions Gaïa – (2018) – 432 p. – €22
L’histoire fabuleuse du Banania, inspiré du breuvage sacré des Aztèques, et dont l’inventeur n’est autre que l’arrière-grand-père de l’auteur ! Roman d’aventure passionnant, dense et nourrissant ! Le style élégant est dans le goût de l’époque des années folles. Idéal pour les vacances. Laissez-vous embarquer !

Un été avec Homère – Sylvain Tesson – Édition de l’Équateur – (2018) – 256 p. – €14,50.
Sylvain Tesson nous  offre un éclairage sur l’époque actuelle, grâce à l’interprétation intelligente de l’Iliade et l’Odyssée. Profondeur d’analyse, humour et poésie, ce récit est un pur régal de lecture. À offrir, ou à s’offrir, sans hésitation.

Animal – Sandrine Collette – Éditions Denoël, collection Sueurs froides (2019)  – 288 p. – €19,90
L’on suit la traque d’un ours, puis celle d’un tigre au Kamtchatka…. Une jeune femme à la recherche d’elle-même va au-delà de ses limites… L’on sent qu’un drame va survenir, l’effroi et l’épouvante seront aux rendez-vous. Une extraordinaire confrontation des comportements humains et animaux. Thriller mené de main de maître !

Florence et Béatrice

logo cbpt

L'article vous a plus ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.