Christophe Michalak, jamais sans ma femme

0

« Je crois que je suis devenu adulte » : Christophe Michalak a 45 ans, un business pérenne avec sa bien-aimée comme associée, de l’entrain comme jamais et, après six mois de cogitation, il a décidé que 2019 marquerait l’année de son installation dans la durée. Entretien avec le nouveau Michalak, chic et épuré, un nouveau pâtissier est né !

Pourquoi ce grand changement ? Je pense qu’à un moment donné, et particulièrement dans nos sociétés actuelles, il faut être en mouvement perpétuel. On ne peut pas créer un gâteau et se dire qu’il marchera toujours dans 10 ans, c’est impossible. Alors je change tout. Je suis un fou. Et pas que dans les boutiques, dans ma vie de tous les jours aussi.

A titre personnel, vous allez vous recentrer sur l’essentiel ? Oui, mon quotidien va changer, j’ai besoin de ça. Avant je jonglais entre les masterclass, la télé, la perpétuelle recherche de l’innovation et du gâteau du futur, aujourd’hui je suis concentré sur ma famille, mon entreprise, et je suis un homme heureux. C’est l’avantage de travailler en couple, ma femme est là, tous les jours, à côté de moi, et ça recentre les priorités.

Vous dites « j’ai grandi », pourquoi ? C’est la sensation que j’ai, de quitter l’adolescence pour devenir adulte, et c’est une bonne chose vraiment, je ne ferai pas machine arrière. Et au-delà du look, les gâteaux en eux-mêmes vont changer : j’arrête tout ce qui est très junk food, je me recentre sur des souvenirs d’enfance, comme un macaron façon Bounty ou Snickers, au yaourt à la fraise, au brownie noix de pécan, des oursons en guimauve à la noisette grillée… tous aux colorants naturels.

C’est en se réinventant sans arrêt qu’on ne s’ennuie jamais ? Oui, et dans mon cas c’est aussi en bossant avec ma femme, on s’apporte énormément et on ne s’ennuie jamais. J’ai compris très tôt qu’il ne fallait pas être statique, je suis un vrai boulimique de projets, j’adore ça, plus j’apprends plus j’ai envie de créer. Cette curiosité m’habite, elle est permanente et constante.  

Des gâteaux et des restaus… vous avez arrêté vos fameux régimes ? J’en essaie 30 par an pour qu’il y en ait un qui marche, j’ai pris 5 kilos que je n’arrive pas à perdre, ça me soule, alors je vois un acuponcteur, ça me soule aussi. Voilà !

Finalement, il est facile, le bonheur selon Christophe Michalak, et elle est douce, la vie, quand on le décide : sa femme au quotidien, et des gâteaux comme gagne-pain. Et puis comme tout le monde, des remises en question, des doutes, des régimes… Et si c’était lui, monsieur Tout Le Monde ?

©Raphaële Marchal - Mid&PlusRaphaële Marchal
Journaliste gastronomique, blogueuse, auteur
la Folie, 60 pâtissiers et leurs gâteaux signatures (novembre 2016)
Simple comme bon(jour) (octobre 2017)

L'article vous a plus ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.