Baronne Blixen : l’odyssée africaine d’une honorable lionne

0

LIRE OU RELIRE :  Mid&Plus vous propose dans cette nouvelle rubrique, que vous retrouverez régulièrement, de replonger avec bonheur dans un livre déjà lu ou bien oublié à l’occasion de la parution d’un nouvel ouvrage ou d’une actualité en relation avec ce titre.

Inauguration avec la Librairie Audé* : Nicolas nous invite à alimenter complaisamment notre inclination hivernale à la nostalgie en plongeant dans le style et l’humeur du début du XXe siècle à travers le portrait d’une femme souveraine et sauvage : Karen Blixen.

Dominique de Saint Pern-©F.MantovaniÀ lire : Dans son roman biographique et intimiste, la journaliste Dominique de Saint-Pern dresse le portrait d’une femme courageuse, aventureuse, engagée, écrivain, hôtesse mondaine, grande amoureuse de la nature et des animaux, amante abstinente et superbe. Le roman raconte la période africaine (1914-1931) de la Baronne Blixen dont l’histoire et surtout le roman La Ferme Africaine (1937) inspira le film Out of Africa.

Honorable lionne. Meryl Streep s’est battue comme une folle pour obtenir le rôle et incarner cette femme, cette « honorable lionne » qui fascinait par son mépris de la bourgeoisie, de ses codes et de ses convenances. L’écriture de l’auteur rend hommage à celle de son sujet : libre, forte, vivante, douloureuse parfois, langoureuse lorsqu’elle décrit « la grâce incomparable et quasi végétative des girafes ».©Stock-Baronne Blixen-Midetplus
Condamnée par son premier mari qui lui transmit la syphilis, dévastée par la mort de son amant aventurier et guide de safari, Denys Finch Hatton (incarné par Robert Redford), elle mourut à 70 ans, maigrissime et fardée, toujours aussi aristocrate et enragée, non sans avoir réalisé l’un de ses rêves : dîner avec Marylin.
Un grand souffle de vie. En écrivant sa légende Karen Blixen nous invite surtout à rester généreuses, audacieuses, libres, fortes, en disant toujours OUI à la vie. « Elle emmenait les gens sur ses ailes » dit Dominique de Saint-Pern. Et l’on s’abandonne en effet à cette héroïne d’un temps, d’une Europe, d’un esprit que l’on aime et que l’on peut, à juste titre ou pas, regretter.
Baronne Blixen, Dominique de Saint-Pern,Collection La Bleue-Stock, 432p, €21.50.

À relire : La Ferme africaine de Karen Blixen.
©Gallimard-Folio-La ferma africaine-MidetplusKaren Blixen entre en littérature tardivement à son retour d’Afrique, à l’approche de la cinquantaine. Sa plume est superbe, légère, sensuelle, musicale et poétique. Ses premiers contes ne remportent pas un grand succès, mais son roman La Ferme Africaine l’impose en grand écrivain. Quand Hemingway reçoit le Prix Nobel en 1954, la légende veut qu’il ait déclaré que l’auteure danoise le méritait plus que lui. Elle écrivit de nombreux contes et nouvelles, dont l’une d’entre elles, Le Dîner de Babette, tirée du recueil Anecdotes du Destin, inspira en 1987 le film de Gabriel Axel, Le Festin de Babette, incarnée à l’écran par Stéphane Audran.
La Ferme Africaine, Karen Blixen, Éditions Folio, traduit du danois par Alain Gnaedig, 512 pages, €8,50.

Astrid Renoult

*Merci à Nicolas de La Librairie Audé, 35, av. Mozart. Paris 75016, Tél. 01 42 88 08 61.
Pour le plaisir, revoir la bande annonce d’Out of Africa (Sydney Pollack) : 

 

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.