Gardiennes de la vie

0

À l’heure où la famine fait encore la une de l’actualité, l’agriculture reste toujours une source naturelle d’approvisionnement pour nourrir les habitants de la planète. Et parmi ses acteurs, des femmes semencières qui luttent pour instaurer l’autonomie alimentaire dans le monde.

Les richesses de la terre.  La culture des sols fait partie du quotidien de nombreuses femmes à travers le©Claire Chanut-Femmes semencières monde. Mais pour cultiver quoi et comment ? Claire Chanut dirige le Mouvement des Femmes semencières pour pouvoir répondre à leurs attentes sur les semences, le premier maillon de la chaîne alimentaire, des semences vivantes qui ne sont ni manipulées, ni brevetées. Exit donc le rendement intensif. C’est au cours d’un voyage en Inde qu’elle constate que les lobbies financiers étaient les propriétaires des semences mises sous séquestre, grâce à des accords entre les États et les multinationales. « Le même problème existe en France où le processus naturel est empêché par la loi depuis 1970. Un marché juteux puisque les agriculteurs doivent chaque année racheter des graines pour travailler la terre ».

Les femmes enfantent et ensemencent. Les femmes font des enfants et ce sont elles aussi qui apportent la nourriture à leur famille. « Mais elles n’ont plus accès aux semences vivantes, la multiplication et la sélection des graines se font maintenant en laboratoire alors qu’hier, une fois la graine semée, elle en produisait des milliers d’autres et l’agriculteur n’avait plus qu’à les récolter et les replanter. Aujourd’hui, ils s’endettent pour les acheter et la biodiversité est mise à mal car les plantes nouvellement créées ne sont souvent pas adaptées aux sols. Avec des dérives chimiques possibles, des gestes qui sont oubliés pour éviter que les plantes ne se pollinisent entre elles de façon anarchique, il faut transmettre à nouveau les techniques traditionnelles ». Claire Chanut parle avec conviction de ce qui la motive, du combat qu’elle mène à travers le monde, tout en montrant, dans ses mains, une petite graine qui devrait germer pour donner encore des petites graines qui donneront à manger à tous ceux qui ont faim.

Vicky Sommet

Femmes semencières

 

 

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.