La parité à l’Assemblée nationale ? Essaie encore ! N’en déplaise à un violent et couard machiste, une femme a le droit de battre le pavé pour faire campagne et une autre d’être maire de Paris ! Ces dernières élections législatives redistribuent les cartes entre hommes et femmes et révèlent une avancée sensible et historique vers la parité : 224 élues, contre 155 lors de la précédente législature, soit 38,8% (la benjamine, Typhanie Degois a 24 ans). Les partis n’ont pas toujours joué franc jeu en mettant à l’affiche des visages féminins dans des circonscriptions difficiles voire perdantes, laissant aux crocodiles mâles celles gagnables… dans un fauteuil. Aujourd’hui en 2017, il convient  de dire « Madame la députée » sous peine de sanctions. Des élues locales invitent leurs consœurs à ne plus verser leurs cotisations à des partis qui leur offrent moins de chances d’être élues qu’à leurs collègues masculins. Pénalités du Haut Conseil à l’Égalité, amputation des aides publiques appuieront-elles sur le bouton qui fait mal : le portefeuille ? Volontarisme, respect et exemplarité sont surtout les valeurs essentielles pour arriver à un partage naturel du pouvoir. Espérons que le nouvel hémicycle se montrera à la hauteur pour un jour dire enfin : le compte est bon !
Au moment du bouclage de ce numéro, on apprend que 15 femmes sont dans la composition du nouveau gouvernement dont deux à des postes régaliens (sur 27 postes !). Un beau challenge de portefeuille… de maroquin !

Christine Fleurot

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.