Immortels comme…

0

L’un des titres inédits du disque posthume d’Alain Bashung sorti vendredi dernier dix ans après sa mort  : « Je ne t’ai jamais dit, mais nous sommes immortels. As-tu senti parfois que rien ne finissait ? Et qu’on soit là ou pas, quand même on y serait. Et toi qui n’es plus là, c’est comme si tu étais. Plus immortel que moi. » Immortelle comme la beauté de la création artistique retracée dans Vienne 1900, exceptionnelle synthèse riche en illustrations de la foisonnante période avant-gardiste où les femmes jouent un rôle capital. Immortelle comme le devient l’héroïne de Grégoire Delacourt, Martine, alias Betty, lorsqu’elle découvre à 30 ans qu’elle ne vieillit plus, un rêve qui se transforme en cauchemar… Immortelle certainement comme La Princesse de Clèves où près de 60 dessins, lavis, gouaches et peintures signés Christian Lacroix illuminent la réédition de ce chef d’oeuvre au féminin. Immortel enfin peut-être comme Fabrice Lucchini, candidat à l’Académie Française ?

Marie-Hélène Cossé

©Immortels - Mid&Plus

En amont 14e et dernier album studio d’Alain Bashung sorti le 23 novembre 2018
Vienne 1900 de Christian Brandstätter, Daniela Gregori et Rainer Metzger (éditions Citadelles & Mazenod, 544 p., €165)

La femme qui ne vieillissait pas de Grégoire Delacourt (février 2018) sorti en livre audio en octobre
La Princesse de Clèves de Madame de Lafayette (Collection Blanche, Gallimard, 208 p., €42, octobre 2018)

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.