La maladie : hasard, fatalité ou message ?

0

Comment faire pour ne plus voir la maladie comme simplement le fait des gènes ou du hasard, mais aussi comme un message de notre conscience et de notre être intérieur ? Spécialiste des médecines énergétiques chinoises, Michel Odoul livre dans son best-seller Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi les clés permettant de décoder le langage du corps afin de recouvrer la santé et progresser.

Le corps et l’esprit

Maux du corps d’un côté et bleus à l’âme de l’autre ? Non, ce n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Les manifestations physiques, symptômes, maladies ou accidents, sont reliées entre elles si on veut bien se pencher sur les raisons d’un mal-être. Michel Odoul, praticien de Shiatsu, cite Paulo Coelho qui appelle le fil conducteur d’une vie « La Légende Personnelle ». Comme sur un chemin de terre qui comporte des bosses et des fossés, l’être humain voyage en faisant, contraint ou volontairement, des arrêts et des pauses dans sa vie à 100 à l’heure, à la fois pour se retrouver et éviter de se perdre. L’école de la vie se déroule comme à l’école avec des règles de conduite qu’il faut suivre pour être en accord avec soi-même et son corps.

Les latéralités du corps

Mal au nerf sciatique droit, se tordre la cheville gauche, ne serait pas le fait du hasard ! Pour les Orientaux, la droite du corps, le Yin, serait la symbolique féminine et maternelle tandis que la gauche serait le Yang, la symbolique masculine et paternelle. Un enfant avec une otite à l’oreille droite exprimerait sa difficulté à entendre la parole maternelle. Une femme qui se tord la cheville gauche peut expliquer son accident par un problème de position, mais aussi par une attitude relationnelle avec un homme. Dans notre conscience, tout se passe d’abord au niveau des énergies du corps, puis des émotions et enfin de la psychologie. Ensuite, intervient le plan physique avec les organes et les membres.

À comparer avec la pluie : l’humidité se condense sous la forme de nuages (idées, émotions, envies et intentions) jusqu’à l’orage qui mouille la terre (tensions, souffrances, allant jusqu’à l’attaque cardiaque ou les syncopes).

Tensions et traumatismes

Douleurs dorsales, difficultés digestives ou cauchemars, sont les expressions de tensions intérieures affirme Michel Odoul. Pour pallier ces désagréments, il faut que la personne soit prête à entendre son conscient et travaille sur elle-même pour comprendre les messages que lui envoie son corps. Et peut-être ainsi savoir les anticiper. La maladie a un caractère passif et le traumatisme un caractère actif, une différence qui apparait même dans la manière avec laquelle le corps les résout. Dans le cas de traumatismes intervient le phénomène miraculeux de la cicatrisation, les cellules traumatisées se reconstituent. Pour la maladie, c’est le système immunitaire qui entre en jeu, des éléments étrangers comme les cellules non-malades qui interviennent pour activer la guérison.

« Si je crie, c’est parce que j’ai mal. Mais ce n’est pas parce que j’ai mal que je vais nécessairement crier. Chacun a son seuil d’expression des ressentis mais aussi son moyen privilégié… Par les messages du corps et les cris de l’âme, nous touchons à la question de la vérité. »

Prise de conscience, éveil de conscience suivis de réflexion profonde permettront de libérer les énergies mal réparties qui nous font souffrir. Le travail d’une vie !

Vicky Sommet

« Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi. Les cris du corps sont les messages de l’âme. » de Michel Odoul (Édition Albin Michel 2018 €19,90)

L'article vous a plus ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.