Monuments woman

0

Elizabeth Royer, brune, la cinquantaine élégante et parisienne, galeriste de renom, traque pour le compte de grandes familles juives depuis près de vingt ans à travers le monde leurs biens spoliés entre 1939 et 1945. Une trentaine d’œuvres déjà récupérées au total, dont ces derniers temps un Pissarro et un Marquet. « Je ne suis pas juive, mais ces histoires me touchent et je me suis intéressée à ces questions bien avant de rencontrer mon mari* » précise-t-elle. Juste après la guerre, les Alliés ont réussi à retrouver des millions d’objets volés par les nazis**. Les pays ont ensuite tenté de rendre leur dû aux survivants, avec plus ou moins de bonne volonté politique. En France, à partir de 1944, une commission de récupération artistique (CRA) a recensé les œuvres et les propriétaires. Les domaines ont organisé la vente d’objets non réclamés et près de 2.500 œuvres importantes ont été classées (MNR) et éparpillées dans les musées nationaux. Mais il reste encore grand nombre d’œuvres d’art (livres anciens, tableaux, sculptures ou tapisseries) vendues dès la fin des années 1930 par des collectionneurs juifs paniqués ou volés par des marchands d’art peu scrupuleux qui n’ont pas été restituées, certaines étant encore dans les mains de grands musées privés ou publics.

Jeune diplômée en histoire de l’art, Elizabeth Royer a commencé sa carrière dans les années 1980 à Londres en cherchant pour de grands marchands d’art les origines des œuvres et leur cheminement à travers le monde dans la littérature, les magazines et les catalogues. Le fruit de ses recherches a fini par constituer un des fonds documentaires de la spoliation les plus importants du monde qu’elle met à disposition des familles et des héritiers à titre gratuit. Les descendants et leurs avocats défilant chez elle à la recherche d’une information, elle a bien évidemment été sollicitée lorsqu’en novembre dernier les Allemands ont révélé avoir retrouvé chez le fils d’un marchand allemand l’une des plus grandes collections privées de tableaux spoliés pendant la guerre. En 2013, elle a fondé Harp Europe en association avec Harp USA (Holocaust Art Restitution Project).

La quête est loin d’être terminée.


*Pierre Grimblat, réalisateur et producteur à la télévision, scénariste, héros de la résistance sauvé in extremis d’une condamnation à mort en 1943.
** Le sujet est traité dans Monuments Men, film historique américano-allemand de George Clooney (2014), adaptation cinématographique du livre Monuments Men de Robert M. Edsel (2009).

 par Marie-Hélène Cossé

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.