Deux menteurs = un couple

0

De l’adultère confirmé aux petits mensonges du quotidien, ces omissions font souffrir votre partenaire. Si chacun a sa part d’ombre, les dissimulations en ce qui concerne le travail, l’argent, les sentiments ou de simples arrangements avec la réalité, peuvent avoir des répercussions sur la vie à deux et entrainer drame ou séparation.

Omission ou dissimulation

Le mensonge est une forme de manipulation, celui qui ment veut tromper l’autre et lui dissimuler la vérité. Petits ou grands mensonges, les conséquences sont à la hauteur de votre désir, soit de faire mal, soit de vous venger. À prendre aussi en considération celui qui, à force de dire, « je ne veux pas savoir », aura du mal à ôter ses œillères quand le moment des aveux sera venu.

On trouve le mensonge par omission, la forme la plus pratique « puisque je n’ai rien dit », la simulation de l’oubli « pas besoin d’inventer, je ne me souviens de rien », la falsification « on invente des faits pour dissimuler la vérité » ou le mensonge par embrouillage infra-verbal en émettant une vérité mais avec un ton qui dit le contraire « mais oui bien sûr, je suis allé prendre un verre avec mon collègue ! ». Et je termine avec le mensonge par omission partielle qui fait de vous un angoissé par peur de dire la vérité.

Les émotions du mensonge

Les hommes mentent deux fois plus que les femmes, principalement entre 30 et 40 ans, la moitié d’entre eux ont des enfants et près de 50% sont en couple mais pas nécessairement mariés. Alors que ressent-on lorsque le mensonge est avoué ou découvert ? Parmi les émotions, on trouve le plus souvent le sentiment de trahison, la perte de confiance, la colère, la tristesse, le ressentiment, le dégoût ou le mépris. Et la perte de confiance en soi car le fait d’être victime d’un mensonge est une blessure narcissique qui induit une douleur réelle.

Pour Christophe André (psychiatre et psychothérapeute) : « La douleur extrême ferme totalement notre conscience à quoi que ce soit d’autre que la cessation de la douleur ». Quant au menteur, il peut somatiser, ressentir de la culpabilité, de la honte et il avoue parfois juste pour se soulager.

Pourquoi ment-on ?

Pour éviter une situation inconfortable, cacher un acte honteux, susciter une admiration ou protéger l‘autre de sa propre souffrance. Altruisme ou égoïsme, la frontière est ténue. Alors pas de vérité à tout prix, elle peut faire mal, et chacun garde son jardin secret. À éviter les polyamoureux si on est jaloux, la fidélité qui est incompatible avec les plaisirs immédiats ou l’adultère qui est glorifié dans les sites de rencontres éphémères.

Oubliez les pervers narcissiques, les paranoïaques et les mythomanes et faites l’autopsie de votre couple pour que l’évitement qui s’installe entre deux personnes ne soit pas le moteur de la vie à deux. Besoin de vérité ou peur de l’abandon, toutes ces questions vous mèneront vers le pardon… ou pas !

Vicky Sommet

« Le mensonge dans le couple » de Lisa Letessier (Éditions Odile Jacob, septembre 2018)

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.