Brigitte Gothière, faire la paix dans nos assiettes

0

Si le regard que vous portez aujourd’hui sur la souffrance animale a changé, c’est en partie grâce à elle, Brigitte Gothière, et à L214, l’association emblématique qu’elle a co-fondée et qui a changé depuis le niveau d’attention que nous portons aux animaux et à nos assiettes.

Le sens des autres

Rien ne la destinait à cette trajectoire, elle, la prof d’électricité de lycée technique, si ce n’est une implication précoce dans le bénévolat à la Croix Rouge ou dans l’animation de groupes d’enfants et une maman infirmière qui lui a enseigné l’aide aux autres. Les autres, humains d’abord, jusqu’à cet instant où son mari, Sébastien Arsac, et elle réalisent qu’en mangeant du lard ils mangeaient un cochon, donc quelqu’un. Et que l’entraide n’a pas de frontières entre les êtres sentients et doit aussi se porter aux animaux.

« Ça a été une véritable révélation et une frustration en même temps, car on aimait la viande. Alors, comme nous sommes très rationnels, nous avons vraiment cherché tous les arguments scientifiques pour pouvoir continuer à en manger, ne serait qu’un peu… Mais nous n’avons rien trouvé de convaincant. Et avons cessé de manger de la viande, puis du poisson, puis les autres produits issus des animaux. »

Le déclic au bout de la fourchette

Leurs deux familles, y compris les grands-parents de Sébastien, éleveurs de vaches laitières, où elle aimait aller participer aux foins, ont très bien accueilli leur décision, relevant d’un besoin de cohérence et d’éthique. Oser se lancer sans faire une croix sur la gastronomie, c’est possible témoigne Brigitte.

« Manger sans protéines animales n’est pas triste ! Avec les enfants, le meilleur moyen de les initier, c’est de découvrir avec eux ! »

La solution est dans nos assiettes

Devenue végétarienne à 20 ans (et vegan 5 ans après), c’est quelques années plus tard que Sébastien Arsac cherche auprès de la Maison de l’Écologie à Lyon des moyens d’agir pour les animaux, avec la vision claire d’abolir l’exploitation et la consommation d’animaux. En 1998, avec d’autres, ils participent à des collectifs, et, en 2003, créent Stop Gavage qui sera une première en diffusant des images, faites avec le caméscope familial, pour témoigner de la vérité des  « sans voix ».

Le choc des images

L’impact de cette simple action les pousse à faire le pari d’une association qui propose d’abolir la consommation des animaux. L214 est née et peut se vanter depuis 10 ans d’avoir levé le voile sur le déni français. La prise de conscience sociétale est aujourd’hui forte et très en avance sur les politiques. Le régime flexitarien devient normal, crise économique et prise de conscience obligent. Les protéines d’origine végétale sont bon marché pour le porte-monnaie et la conscience !

L214 cherche et propose des solutions (comme le site Vegan pratique ou le Veggie challenge), pas des coupables. Pour Brigitte il n’est pas question que les veaux, vaches disparaissent de nos campagnes, mais que les éleveurs en deviennent les paisibles protecteurs, des gardiens de la paix de notre planète.

Anne-Claire Gagnon
Mid&Flandres

Le site : Vegan pratique – Veggie challenge
Lire La face cachée de nos assiettes co-écrit par L214 et Eyes On Animals (Éditions Laffont, 7 février 2019)

Manger végane & responsable
20 restaurants sélectionnés par VegOresto et Etiquettable

Initiative de l’association L214, VegOresto invite les restaurateurs à proposer chaque jour un menu végane à leur carte. Aujourd’hui, déjà plus de 1 300 établissements de restauration en France ont signé la charte VegOresto. Parmi eux, 20 ont été sélectionnés pour leur approche responsable, en partenariat avec l’application mobile collaborative de cuisine durable Etiquettable. À travers leur cuisine, ces restaurants s’engagent pour les animaux, l’environnement, la santé et la société.

L'article vous a plus ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.