Le désir n’a pas d’âge !

0

Le désir sexuel diminue-t-il avec l’âge ? Comment vieillir et se sentir désirable pour pouvoir désirer à son tour ? Pourquoi arrive-t-il que nous n’ayons plus de désir ? Carole Ruvira, sexologue, répond à nos questions.

L’âge ne change rien

Si la ménopause peut engendrer une baisse de libido pour certaines femmes, elle entraîne aussi un regain de désir chez d’autres qui, lorsqu’elles se sentent libérées de leurs enfants, et si elles ont une bonne image d’elles-mêmes, s’ouvrent alors au plaisir. Pour Carole Ruvira, si vous aviez une bonne sexualité auparavant, l’âge ne change rien (sauf bien sûr si un événement traumatique important, comme la maladie, survient). Comment conserver une sexualité épanouie ? Avoir une bonne hygiène de son corps tout au long de sa vie (éviter le sucre au moment de la ménopause pour ne pas prendre de poids, faire du sport), remplir sa boîte à fantasmes (avoir des images qui déclenchent le désir sans les partager avec son partenaire, on les garde pour soi !), se masturber (« le gage d’une sexualité épanouie » précise Carole qui ajoute que « les femmes ont souvent oublié ces deux derniers points. »).  La communication autour de la sexualité dans un couple est indispensable : on sait ce dont on a besoin, combien de fois par semaine et on sait le dire.

« Pour qu’un couple dure le socle de sa relation doit être basé sur une bonne sexualité à laquelle s’ajoutent l’admiration l’un pour l’autre et les projets en commun. »
©Le désir a-t-il un âge ? Mid&Plus

Comment préserver le désir ?

Il faut avant tout améliorer son image corporelle qui impacte à 90% sur sa sexualité. « Les hommes aiment les femmes comme elles sont », dit Carole en riant, « ils ne voient rien (sauf s’ils sont très pointus sur l’esthétique…). Arrêtons de nous poser des questions sur notre physique ! » Elle ajoute : « Les hommes sont de bonne foi, ont besoin de beaucoup de tendresse et d’être valorisés, sinon c’est mauvais pour leur sexualité. » Il faut aussi développer l’érotisation de son corps, puis érotiser celui de son partenaire pour préserver le désir. Le processus est plus long chez la femme (changer ses pensées et ses émotions, conseille Carole, lire des livres érotiques, se regarder toute nue, se faire des compliments, etc.). Une mauvaise image corporelle et une faible estime de soi handicapent le lâcher-prise indispensable au désir.

En conclusion, si la sexualité de la femme évolue avec l’âge et si elle demeure un processus délicat facilement contrecarré par une perception négative de son image corporelle (l’impact de la publicité y joue un rôle important) ou par une parole inappropriée, il n’y a pas de baisse de désir avec l’âge. Il est là, intact. À nous d’aller le chercher !

Marie-Hélène Cossé

©Carole Ruvira - Mid&PlusCarole Ruvira, sexologue et thérapeute de couple, Institut de Sexothérapie Relationnelle, 7 rue Bernoulli, 75008 Paris, carole@sexotherapie-relationnelle.fr, consultation d’1h00 €70, en couple d’1h30 €90. Carole anime des ateliers à thématique (€20) : Envie d’améliorer votre image corporelle ? Le couple peut-il se reconstruire après une relation extra-conjugale ? Les 10 secrets du couple heureux.

L’ARTICLE VOUS A PLU ? PARTAGEZ LE :

Les commentaires sont fermés.