Laure Prouvost, ambassadrice à la Biennale de Venise

0

Vous vous souvenez peut-être de sa fontaine en forme de seins exposée au Palais de Tokyo à Paris l’été dernier ? L’artiste plasticienne Laure Prouvost représentera le pavillon français à la 58e Biennale de Venise. Après Annette Messager en 2005 et Sophie Calle en 2007, elle sera la troisième femme artiste à être l’ambassadrice de la France lors de cet événement majeur de la création contemporaine.

Après vingt ans passés à Londres – elle a fait ses études d’art à la fameuse Saint Martins, puis à Goldsmith-, Laure Prouvost vit aujourd’hui « entre Londres, Anvers et une caravane dans le désert croate » selon son dossier de presse. Bien connue au Royaume-Uni, lauréate du prix Max Mara en 2011, elle est la seule Française à avoir reçu le Turner Prize (en 2013).

En mars dernier, elle dévoilait à l’Institut français de Londres son projet pour la Biennale de Venise 2019, intitulé « Deep See Blue Surrounding You / Vois ce bleu profond te prendre ». Le magicien Kader et sa curatrice, Martha Kirszenbaum, française, qui a elle aussi développé une grande partie de sa carrière à l’étranger (aux États-Unis), l’accompagnaient pour présenter son installation immersive, réalisée à partir d’un voyage filmé entre Paris et Venise, en passant par le Palais du Facteur Cheval à Hauterives, dans la Drôme, et les calanques de Marseille…

« La pieuvre est comme le subconscient de l’humain… » Laure Prouvost
©Biennale Venise 2019

« Nous avons fait un road trip film », a t-elle expliqué, avec douze personnages,« des talents, comme les cinq doigts de la main », dont Kader, Victor, un instituteur à la retraite, Samantha, une danseuse et Alma « un flûtiste, mais pas un très bon flûtiste en fait ». Laure Prouvost a ainsi filmé, photographié et dessiné un voyage poétique. Son projet s’articule autour d’une vraie pieuvre « métaphore des origines de notre planète et du développement de notre système nerveux » et propose une réflexion sur les notions de générations et d’identité : « C’est pour trouver qui nous sommes… »

Entre rêve et humour, utopie et surréalisme, fiction et réalité, Laure Prouvost nous emmène dans son univers, dans lequel dialoguent films, sculptures, dessins et textes… à Venise du 11 mai au 24 novembre 2019. Vous pouvez également découvrir une grande rétrospective de l’œuvre multiforme de Laure Prouvost, y compris autour de la pieuvre, au Musée d’art contemporain d’Anvers (Belgique), jusqu’au 19 mai 2019.

« Je souhaite que chaque spectateur se sente devenir un tentacule de ce projet. Qu’avec son histoire, son ressenti, il vienne enrichir l’expérience de l’œuvre et fasse corps avec elle. ».

Laure Prouvost prépare actuellement deux projets à Londres sur le thème du BREXIT : 270 posters dans le cadre de l’exposition collective On edge (Sur le bord), une pour chaque station de métro londonien ! Et une chanson sur le BREXIT, avec le chœur de Transport for London, qui sera bientôt diffusée dans l’aéroport d’Heathrow… J’ai hâte de les découvrir !

Marie-Blanche Camps
Mid&British

Biennale de Venise 2019
Musée d’art contemporain d’Anvers

L'article vous a plus ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.