Carte postale de Séville

0

Qui ne connaît pas Séville, ville enchanteresse et patricienne au passé prestigieux, ouverte vers l’extérieur, grâce son fleuve majestueux, le Guadalquivir, d’où partirent les bateaux vers les navigations océanes ?

Été long et torride, c’est peu dire, les brumisateurs ont dû être inventés pour l’exposition universelle en 1992 ! Fondée dans l’antiquité, cité romaine, qu’on appelait alors Italica, l’Empereur Hadrien, poète et philosophe y est né. Cité musulmane, l’Alcazar, palais fortifié et ses jardins construits par les Omeyyades en sont un merveilleux exemple. Cité chrétienne en partie fondée sur la cité musulmane, la cathédrale avec sa Giralda, minaret de l’ancienne mosquée, constitue l’un des ensembles les plus vastes de la chrétienté et de l’architecture hispano-mauresque, et des juifs chassés de leur resplendissante Juderia par l’Inquisition également. Ville du siècle d’or, une université fondée en 1504 et une école de peinture qu’ont fréquenté des maîtres de la peinture universelle comme Velázquez et Murillo, vous trouverez d’ailleurs une belle collection espagnole au Louvre, l’invasion napoléonienne étant passée par là. Des palais aristocratiques des XV/XVIe siècles, comme le Palacio de las Dueñas et la Casa de Pilatos, merveilleux exemples d’architecture de style mudejar, gothique et renaissance.  Une belle manufacture de tabac* du XVIIe siècle lui permet de renouer avec l’expansion du commerce après un certain déclin. Plus tard, l’exposition ibéro-américaine de 1929 marque l’entrée de Séville dans le XXe siècle et laisse des traces ineffaçables. Séville est aujourd’hui la quatrième ville d’Espagne, souhaitons que sa beauté inspirante, ne la fasse pas devenir la nouvelle Barcelone des touristes !

Une excentrique dans la ville, la duchesse d’Albe

La duchesse d’Albe, Cayetana de Alba², 18ème duchesse du même nom, est une Grande d’Espagne sévillane, plus titrée que son roi. Premier mariage avec un duc, six enfants³, comme il se doit. Elle est plutôt bien de sa personne dans un style classique, elle connaît la terre entière, Jackie Kennedy était une copine ! Mais voici que notre duchesse d’Albe se retrouve veuve et qu’elle épouse son ancien confesseur ! Scandale dont elle n’a cure ! Veuve de nouveau, elle épouse en 2011 un monsieur de 24 ans son cadet qu’on soupçonne fortement de vouloir l’épouser pour son argent. Il faut dire qu’on a du mal à croire que ce soit pour son physique même s’il est fascinant. À la recherche de la jeunesse éternelle, elle aurait subi huit opérations du visage, la dernière ayant servi à réparer les dégâts des précédentes, paraît-il… Un visage « goyesque »4, auquel s’ajoute un vrai désastre capillaire. Les Espagnols se passionnent pour son anticonformisme, sa fille a même épousé un torero, de veilles photos d’elles seins nus circulent encore, une vraie duchesse libertine et/ou une incarnation de la Movida après des années de plomb ?

© DR Hola -Duchesse d'AlbeUne adoration pour la ville de Séville, où elle est décédée, à qui elle faisait une publicité remarquable lui laissant un palais de rêve : El Palacio de la Dueñas qu’on peut visiter depuis sa mort, composé de plusieurs édifices séparés par des patios et des jardins « à tomber », combinaison de nature et d’art : un bijou précieux. La duchesse y semble encore présente, son costume de flamenco, ses souvenirs de corrida aménagés dans des pièces spéciales et on croit voir encore son ombre dans les splendides jardins.
Las Dueñas Casa del Alba

Anne-Marie Chust

¹Manufacture qui a sans doute inspiré nos Mérimée et Bizet.
²Cayetana Fitz-James Stuart y Silva* (parmi ses 25 prénoms, noms et titres). Née à Madrid en 1926 et décédée à Séville en 2014.
³Un seule fille Eugenia dont le prénom a surement été hérité de notre impératrice Eugénie de Montijo, sœur d’une des duchesses d’Albe, Paca, qui ont précédé notre Cayetana.
4Une autre fameuse duchesse d’Albe, la Maja, a été peinte nue et habillée par Goya, il en était éperdument tombé amoureux, un parfum de scandale déjà !

Où se loger à Séville ?

Hospes Sevilla : une maison typique sévillane du XVIIIe siècle, à 10 mn de la cathédrale, de la Casa de Pilatos, du couvent de San Leandro et du palais de Las Dueñas. Enchanteur !
Las Casas de la Juderia : près de l’ancien quartier juif, un charme fou !
Parador de Carmona : À seulement 30 mn de Séville, une vue imprenable, quasi aérienne, sur le plateau sévillan. Pas encore envahi par le tourisme. Des merveilles romaines à découvrir. Une balade en mini-bus électrique au pied de l’hôtel.
Tous ces hôtels ont un restaurant.

L'article vous a plus ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.