Sapho, chanteuse rebelle

0

Oscillant entre envolées lyriques et plongées dans les tons rauques, Sapho a charmé les années 80 et 90 avec ses chants arabo-andalous et ses reprises de grands interprètes. Aujourd’hui elle revient avec « J.A.M., Jalousie, Amour, Mort », l’histoire de sa vie mise en musique avec Shakespeare en toile de fond.

Le Maroc à l’origine de son art

Influencée par le multilinguisme, la présence de l’arabe marocain, celui parlé dans la rue, le français dans un pays sous protectorat et la radio qui programmait des chansons anglaises, les Beatles ou Janis Joplin, ajouté aux radios du Moyen-Orient avec Oum Kalthoum ou le folklore berbère, cela a nourri Sapho pendant son enfance à Marrakech en plus des costumes colorés et des charmeurs de serpent sur la place Jamaa Alfna. Tout a commencé pour elle par l’écriture de mauvais poèmes qu’elle envoie à une émission enfantine de Radio Maroc qui lui demande de venir les lire à l’antenne. « J’étais tellement terrifiée à l’idée de les partager avec les auditeurs que je leur ai lu une fable de la Fontaine, La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Bœuf ». Et ils m’ont engagée comme jeune comédienne, ce furent mes débuts d’artiste qui joue avec les mots.

L’écriture domine tout

« J’ai fait de la musique parce que je pouvais écrire des textes. Ce qui me motive, c’était d’être mon propre auteur, de façonner mon personnage, une manière d’exprimer ma liberté ». Raconter des choses, être sur scène sont des plaisirs que Sapho savoure, mais à côté elle chante aussi d’autres auteurs. Elle a ainsi rendu hommage à Ferré, Barbara ou Oum Kalthoum parce qu’elle aime l’interprétation qu’elle voit comme une re- création. Ferré parce que poète, il a fait découvrir de grands poètes des 19ème et 20ème siècles, Aragon ou Baudelaire, Barbara parce que peu de femmes à cette époque écrivaient leurs propres chansons. « J’avais un père qui chantait et il est parti très tôt, mais je me suis autorisée à chanter une fois qu’il est parti car sinon, j’aurais été trop intimidée. »

Le partage avant tout

« Dans les concerts, il se passe toujours quelque chose, comme un immense élan fraternel, une tendresse partagée, une communion avec toute la salle, lorsque je suis sur scène ou si j’assiste au concert d’un autre artiste. » Pour ce nouvel album, Sapho s’est inspirée de Shakespeare, de la jalousie d’Othello, comme dans la chanson « Willow », le saule pleureur de Desdémone, un texte publié par Alfred de Musset, où elle chante mue par le pressentiment de son abandon et de sa mort prochaine. Des chansons en anglais aussi qui transmettent son émotion comme « Jolene » qui lui permet de s’exprimer dans un souffle plus large ou « Les petits chevaux de Tarquinia » inspirés par Marguerite Duras.

Avec une seule envie, restituer l’imaginaire, faire se rencontrer des langues qui se fertilisent. « Il faut tout oser pour se sentir libre et toucher tous les publics. » Bonne chance Sapho pour ce nouvel album !

Vicky Sommet

« J.A.M., Jalousie, Amour, Mort »

Un moment fort à Paris pendant la semaine de défense des droits de la femme ?

©SolidellesLes Rencontres Solid’elles
Jeudi 10 mars 2022 de 10h00 à 17h00, Mairie du 17e

Des tables rondes avec des bénévoles et des spécialistes experts dans la résolution de questions liées à l’emploi, aux problèmes de couples, aux situations de deuils, de problèmes de santé ou d’interrogations sur un suivi psychologique ou autour des droits juridiques
-Des témoignages de femmes aidées par Solid’elles
-Des ateliers mieux être : la gestion du stress, l’estime de soi, les croyances limitantes
-Du speed coaching, des ateliers CV et relooking
-Sophrologie et Shiatsu

Vivez une journée sous le signe de la solidarité, de l’accompagnement et de l’écoute pour des rencontres bienveillantes avec une équipe de 10 professionnelles de l’écoute et un échantillon de notre réseau d’experts ciblés : conseillère familiale, coach, psychologue, avocate, assistante sociale etc… 

L'article vous a plu ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.