Le paradis des Cinque Terre

0

Site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, prenez un train local qui relie Pise à cinq petits villages italiens, les Cinq Terres ou Cinque Terre, pour découvrir avec émerveillement des façades colorées, des criques sauvages et des roches découpées qui plongent à pic sous le soleil dans la mer Méditerranée.

Des bourgs authentiques

Ces bourgs dont la fondation remonte au Moyen-Âge sont restés isolés et donc conservés en l’état, Monterosso, Vernazza, Corniglia, Manarola, Riomagiore. Traditions agricoles et marines, en 1500, on pratiquait déjà la pêche au thon et chaque jardin regorge de citrons, de raisins pour le vin et d’olives pour la production d’huile. Pour le poète italien Pétrarque, Monterosso serait le délice de Bacco, Boccace dans le Decameron fait boire à l’abbé de Cluny un grand verre de la Vernaccia de Corniglia et d’Annunzio appréciait les terres riches de pampre. Les terrains sont cultivés en terrasses, à « étagement », bâtis en gradins avec des murs de pierres sèches qui soutiennent des plateaux ou « cian ». Les Cinque Terre sont jumelées avec la Grande muraille de Chine, peut-être parce qu’il existe 6 729 km de « murets » à comparer avec les 7 000 km de la muraille.

À manger et à sentir

Huile d’olive pour arroser les anchois de Monterosso marinés au sel dans la casserole à la vernazzana où ils se mélangent avec pommes de terre et tomates. Mais aussi le pesto, la sauce verte faite de feuilles de basilic écrasées, fromage, ail, sel et huile d’olive. Une nature riche car cette région fait partie du Parc national, des buissons jaunâtres, les euphorbes arborescentes, les figuiers de Barbarie, l’agave, les châtaigniers, le myrte et l’herbe cristalline et un réseau de sentiers de 120 km, le Sentiero Azzurro, qui offre des points de vue spectaculaires. Mais la difficulté réside dans les nombreuses marches en pierre qui obligent le promeneur à escalader des montées escarpées pour rencontrer peut-être le géotriton, un fossile vivant unique en Europe, qui habite dans les grottes et les cavités karstiques.

Hautes et en couleurs

Monter et descendre fait partie du quotidien des habitants des Cinque Terre, les portes d’entrée de maisons ne se trouvent pas au niveau de la rue et de nombreux escaliers raides permettent de rejoindre, là un restaurant, un hôtel ou un bar avec sa terrasse et il est conseillé de ne rien oublier pour ne pas avoir à redescendre une fois arrivés. Les maisons-tours sont étroites, composées de petites pièces et leurs façades mitoyennes se distinguent par leurs couleurs qui vont du jaune au rose, en passant par du rouge, du vert et même du bleu, façades souvent lézardées, mais qui donnent l’impression d’être là depuis des temps immémoriaux.

Vous pouvez terminer ce séjour par un dernier arrêt en train ou par bateau à Portovenere, un gros bourg avec des vestiges romains, la trace des artistes qui y ont séjourné, Shelley, Byron, George Sand ou DH Lawrence, dans ce Golfe des poètes, source d’inspiration où un miroir d’eau le dispute aux rochers sauvages.

Vicky Sommet

Le plus attrayant est sans conteste Vernazza, le village le plus ancien avec Monterosso. Avec sa Place Marconi, lieu de rencontres des pêcheurs, le château qu’on atteint après avoir gravi 124 marches et l’église Sainte Marguerite de Antiochia qui date de 1318, le dépaysement est garanti. Logez à l’hôtel et mangez chez Gianni Franzi, un monsieur charmant qui a fait l‘école hôtelière d’Aix-les-Bains et qui parle français. Le restaurant est en bas sur la Piazzeta mais pour atteindre votre chambre, il vous faut grimper quelques escaliers avec une centaine de marches, un repos qui se mérite !
Gianni Franzi, Piazza Marconi 1 – Tél. 00 39 0187 821003

L'article vous a plus ? Partagez le :

Les commentaires sont fermés.